Paris 13ème/Marseille 13ème


13 août 2017 - Entretien avec vous - Propos recueillis par Frédérick




Un p'tit texte de présentation pour vous expliquer notre démarche ! Au cours de ces 5 x 1 an d'existence, nous avons rencontré par le biais de cette passion commune, des gens incroyables, inconnus ou reconnus. Certains sont devenus des amis, avec qui nous échangeons et avons toujours ce plaisir intact d'être toujours en contact.

Jamais nous n'aurions pu penser qu'au travers de notre exigence et investissement, on puisse nous accorder tout simplement cette place que nous réservons à la chanteuse : La Fidélité. Nous avons été présents de forums en forums, sur Facebook, sur Twitter, et à un moment donné de notre parcours nous avons décidé au vu de l'énergie que pouvait absorber les réseaux sociaux, nous concentrer exclusivement sur le site Sheila Le Fil de Notre Histoire, la vôtre, la nôtre …

La notion de suivre sur une durée aussi longue une artiste, est très rare de nos jours, et pour son anniversaire le 16 Août la chanteuse a convié son public à l'Alhambra, nous avons eu envie, au travers d'un jeu de questions/réponses de faire participer des sensibilités différentes et de laisser s'exprimer pour certains la passion et pour d'autres ce petit quelque chose que nous avons tous en commun : Simplement Sheila !

"Je suis artiste. Je veux être jugée pour ce que je suis, pas pour ce que j'ai été". Sheila






1 – A quand remonte dans votre plus lointain souvenir ce déclic pour la chanteuse ?


Bernard : Plus lointain souvenir : "L'école est finie" (en effet la jeune fille qui me gardait tout petit n'arrêtait pas de passer ce titre sur son électrophone), mais le déclic vint en 1971 avec "Les rois mages".

Didier : La 1ère fois lors de son apparition à la télé avec le titre "Un Prince en exil".

Dom : 1969 "La colline de Santa Maria" sur le poste de télévision en noir et blanc (Musicolor).

Eric : Mon plus lointain souvenir remonte à "Quel tempérament de feu" 45 tours offert à Noël, mais aussi "Aimer avant de Mourir" que mon amie du bloc d'à coté écoutait en boucle, toutes les copines du quartier avait un disque de Sheila, celle du 3ème étage m'intriguait avec son 33T "Sheila, Ringo" ; "Patrick Mon chéri" dont tout le monde parlait et que je n'avais pas entendu de l'été cause de vacances, ce fût fait dès mon retour.

Mais la vraie révélation fût faite avec l'arrivée du Disco. Je me souviens dans la voiture, en espagne, avec mes cousines, la radio diffuse "Love Me baby" sans savoir encore qui chantait ce titre et les cousines de répondre "Parait que c'est Sheila qui chante" !

C'est lors de la rentrée scolaire, alors que "Drôle de dames" était diffusée le dimanche en début d'après midi, et toutes les apparitions de Sheila qui suivaient, alimentaient les discussions de la cour d'école, que la fièvre m'envahit.

Je me souviens même de la voisine du 1er qui en écoutant "Mayday" parce que le disque tournait sur la platine de mes parents dit alors : "Elle est super cette chanson" sans savoir que c'était notre chanteuse nationale qui chantait.

Fred : En 1972, ou tout petit j'écoutais son premier 33 Tours chez la voisine, qui a d'ailleurs fini par me l'offrir, excédée que je l'écoute en boucle !

Gilles : Hmmm... Difficile de m'en souvenir, je devais être très très jeune. Je me souviens d'une anecdote qui montre que cela m'a quasiment pris au berceau ! Mon plus lointain souvenir, "de façon générale" je précise, a un lien avec Sheila.

J'ai l'image dans ma tête marquée comme au fer rouge de ma mère me tenant dans ses bras et m'approchant d'un de ces anciens bus parisiens avec plate-forme arrière. La chanteuse y était perchée dessus et de là, elle m'a embrassé sur les joues. J'ai du ressentir une émotion très forte à ce moment-là car ce jour m'est depuis resté à jamais en tête.

J'étais donc attiré fortement par Sheila dès mon plus jeune âge et si je dois trouver une explication, cela a très sûrement rapport avec ses chorégraphies. Ca me fascinait de la voir danser et enchainer les pas avec beaucoup d'aisance. Mais j'aimais beaucoup ses chansons aussi, c'est certain. Et cela, ça ne s'explique pas. Je suppose qu'une autre les aurait eu à son répertoire, l'effet sur moi n'aurait pas été le même. D'où l'importance incontestable pour moi de "Sheila, la danseuse".

Jean-Jacques : 1964. J'avais 11 ans. Et je l'ai découverte dans l'émission "Âge tendre et têtes de bois". Elle chantait "Écoute ce disque". Je suis tombé amoureux. Je l'entendais à la radio mais je ne l'avais jamais vue. Pas de télé chez moi. C'est chez la voisine que c'est produit le choc électrique. Et ça ne m'a plus passé.

Jérôme : Cela doit être vers 1978 avec la période disco de Sheila. J'étais gamin et ai adoré les paillettes !!!

Jussy : Toute petite quand j'ai entendu "L'école est finie" lors de la sieste je me suis endormie une fois la chanson terminée, juste sa voix m'a marquée à vie !!

Kris : En 1972, où je chantais dans la cour de l'école, "Poupée de porcelaine", un camarade s'était moqué et je l'avais envoyé promener, j'avais déjà du caractère à 5 ans...

Loïc : Je suis au lit, à l'étage, et je n'ai pas envie de me lever… quand soudain, j'entends une voix, à la radio, dans le lointain. "Une poupée de porcelaine"… Ce timbre de voix me donne alors une incroyable impulsion. Je me lève et suis heureux sans parvenir à expliquer pourquoi. Je ne sais pas encore qu'il s'agit de Sheila. Souvenir d'enfant. Chaque fois que j'entendrai sa voix sur les disques achetés ensuite, j'éprouverai la même sensation. C'est intradermique !

Maxou : Je dirais 1975.

Michel : En 1963, au Lycée...

Patrick : 1971 – Le 45 tours "Les Rois mages". J'ai 3 ans.


2 – Avec le recul et quelques années plus tard, en quelques mots la passion est-elle toujours intacte ?


Bernard : Toujours intacte et plus que jamais.

Didier : A chaque passage télé ou concert, j'ai toujours la même excitation et bonheur de la voir.

Dom : Débordante, vitale, ressourçante, passionnante et parfois déconcertante.

Eric : Depuis les adieux et les années qui s'en suivent, le mythe Sheila était mort pour moi, elle devenait plus accessible, moins mystérieuse. Le star système de l'époque 70's commencait à s'effondrer durant les 80's, ma passion aussi. C'est à l'arrivée du Web qu'une autre émulsion est apparue, la rencontre avec son public, la création d'un site Web qui me procure toujours autant de plaisir à partager avec vous cette carrière qui reste malgré tout assez exceptionnelle en y regardant de plus près !

Fred : Pour reprendre une célèbre chanson de Johnny Hallyday à fredonner sur l'air, je dirais : ''On a tous en nous quelque chose de Sheila"...

Gilles : Non, absolument pas. Surtout si je la compare avec celle qui fût la mienne dans ma jeunesse emportée par le vent. Mais je reste fidèle à la Sheila d'alors, celle qui faisait tourbillonner mon coeur et que j'attendais, fébrile, lors de ses passages TV comme on attendrait, pieux, le retour du Messie.

Cette poitrine qui palpitait, comment pourrais-je l'oublier et de ce fait, comment aujourd'hui je serais en mesure de me montrer totalement infidèle ou indifférent à son endroit et me moquer ainsi totalement du destin qui est le sien ou de sa "carrière" vieillissante ? Mais c'est beaucoup plus par nostalgie que par attrait véritable à ce qu'elle peut proposer artistiquement à son public en 2017.

Jean-Jacques : J'ai toujours un coup au coeur quand je la vois mais la sagesse a fait place à la passion.

Jérôme : J'aime toujours la période Disco de Sheila et certaines chansons plus intimistes.

Jussy : Oui la passion est toujours intacte j'ai toujours autant de plaisir à la voir et l'écouter.

Kris : Oui toujours même si je l'écoute un peu moins que quand j'étais jeune.

Loïc : La passion a été mise à mal. Mais il suffit de jouer des rythmes de la période B. Devotion et alors… Le short s'illumine des halos magiques du disco. Et le rêve recommence.

Maxou : Oui la passion est toujours présente même si je n'ai pas toujours été d'accord avec ses choix artistiques, elle reste ma préférée...

Michel : Hélas, non...

Patrick : Oui, toujours intact. Rien n'a altéré ma passion. Je me contente d'écouter ses disques, de suivre son actualité, de l'écouter à la télévision lors de la promo. Je n'ai jamais cherché à la rencontrer, à lui parler, ça ne m'intéresse pas. Je ne cherche pas forcément à trop savoir de choses sur elle, ses conflits lui appartiennent, ses problèmes aussi. La passion se vit par rapport à l'énergie qu'elle donne, au travail qu'elle fournit.



3 – Si vous deviez citer une émission télé, ce serait laquelle ? Expliquez-nous votre choix ?


Bernard : Sans conteste Le Domino d'avril 1974, ou Sheila transforme "Allume ta radio" en "Allume ta télé", pour la chorégraphie et l'ambiance pas loin de l'émeute qui règne durant cette chanson.

Didier : Formule 1, premier grand show télé consacré à Sheila et une période artistique que j'adore.

Dom : 1975 : le retour à Ring Parade avec "C'est le coeur". Tellement excité et énervé que j'ai failli en être privé par mes parents.

Eric : Top Club ! Et les émissions de Guy Lux. L'hystérie y était toujours à son comble.

Fred : Music Stars de Michel Drucker, une émission culte ou on la voyait à Feucherolles évoquer son parcours, ses tenues, et où on avait la sensation d'une telle proximité... Ainsi que le Formule 1 ou elle interprétait "Spacer" sur une chorégraphie endiablé, le Top !

Gilles : Plutôt une émission de radio, totalement mémorable pour moi. C'était un jour du mois de juillet 1978. L'émission de RTL "La Grande Parade" animée par monsieur Drucker s'était délocalisée durant ce mois là au théâtre de la Michodière à Paris. Il était absolument comble en ce jour et la file d'attente sur le trottoir semblait interminable.

Les fans, toujours très bruyants durant ce programme quand Sheila y était invitée, avaient été particulièrement déchaînés les 2 heures durant. La Star & les B.Devotion avaient dû chanter 5 ou 6 morceaux. Il y avait eu véritablement alors une ambiance de dingue.

Si je ne me trompe pas, c'est durant cette émission que Michel Drucker avait dit au micro que les auditeurs de RTL appelaient la station pour demander au public de moins hurler car ils n'entendaient rien ! Quelle époque était-ce.

Aujourd'hui, ce genre d'anecdotes me parait plus qu'improbable voire impossible. C'était tout à fait un autre temps, celui des idoles suscitant des transes purement hystériques. Et bien sûr, le top du succès d'Anny Chancel plus Sheila que jamais.

Jean-Jacques : Les shows des Carpentier même si elle n'eut qu'un seul show entier à elle. Ces passages étaient toujours de bon goût et très bien filmés.

Jérôme : Ce serait surtout les numéros 1 des Carpentier et le 1er concert à l'Olympia début des années 90.

Jussy : Les palmarès de la chanson et surtout les émissions de Danièle Gilbert ou Sheila était souvent invitée, ce sont des émissions que j'adorais je me dépêchais de rentrer de l'école j'avais cette chance pour ne pas louper Sheila et je racontais à mes copines l'émission et Sheila ce quelle chantait, que de bons souvenirs !

Kris : Midi première, je rentrais vite de l'école pour ne pas rater cette émission où on la voyait beaucoup !

Loïc : Grandeur Nature. Sheila est dans le présent, à un carrefour important de sa carrière. Foisonnant d'idées nouvelles, elle regarde, en compagnie de Jean-Paul Gaultier, son passé avec une simplicité, une spontanéité et un humour vraiment touchants. J'ai eu ma petite larme lorsqu'elle mentionne "la boîte d'esquimaux" où est rangée une poupée à son effigie.

Je me suis marré lorsqu'elle découvre dans le miroir la coiffure en soleils du futur clip "Emmenez-moi" (superbe chanson), et fait valser le coiffeur en lui disant "oh toi toi toi !" Et en évoquant la possibilité d'avoir pris des substances et de n'être pas redescendue. Elle est très rigolote ! Grand moment aussi lorsqu'elle écoute "Le film à l'envers" et dit que c'est une grande chanson, car du fond de sa sensibilité, elle ne se trompe pas. Tout est possible à ce moment-là.

Maxou : Sheila l'histoire d'une vie 2012, un bon résumé de carrière...

Michel : Palmarès, Midi 1ère.

Patrick : "Le Tam Tam du Vent", Sacrée Soirée en 1989. Parce que c'était l'une de ces dernières télévisions, et j'imagine la tristesse qu'elle devait ressentir à l'intérieur d'elle-même.


4 – Un titre de la Chanteuse que vous fredonnez encore aujourd'hui et pourquoi ?


Bernard
: J'hésite entre deux, mais finalement ce sera "Petite fille de français moyen", chanson qui lui ressemblait le plus, puis c'est très sympa de chanter cette chanson sous la douche.

Didier : "Vivre mieux", une chanson forte qui exprime parfaitement le ressenti de la chanteuse.

Dom : "Plus de problèmes" mon titre ressourçant mais il y en a tant d'autres... selon les humeurs.

Eric : Je ne fredonne plus de chanson de Sheila, mais je me souviens très bien avoir longtemps fredonner "Laisse toi rêver" dans mes années "apprentissage"... Mais si la question c'est "Quelle est la chanson la plus marquante pour vous ?" ça serait "E6 dans le quinzième" pour sa qualité vocale, de bons arrangements, et de l'instru avec ce saxo qui me fait toujours de l'effet encore aujourd'hui... La chanson transporte et mon imagination aussi...

Fred : "Je serai toujours là", pour une raison émotionnelle, celle de la perte d'un proche, et pour la tonalité de sa voix qui est vraiment mise en valeur.

Gilles : Celui qui pour moi est le plus Chancellien d'entre tous, "Quel tempérament de feu". J'aimais beaucoup sa chorégraphie, ça doit contribuer à ce choix, et l'énergie que Sheila y déployait pour l'interpréter, ses toupies virevoltantes, encore aujourd'hui j'adore. La mélodie très efficace a fait le reste pour que cette chanson figure dans mon Panthéon personnel de la Sheilaphilie.

Jean-Jacques : "Enfin réunis" 1965. Et oui et pourquoi pas. Avec ce divin solo de piano au milieu. J'adorais aussi sur ce 45 tours. "C'est toi que j'aime ". Elle me le disait... Elle m'aimait. Y avait pas à discuter.

Jérôme : "Quel tempérament de feu" !

Jussy : C'est drôle car une chanson que je fredonne assez souvent c'est une face B ma préférée, il y en a d'autres, mais celle ci je l'aime beaucoup c'est "Une fille ne vaut pas une femme", la musique, l'ambiance que cette chanson dégage.

Kris : "Spacer", intemporelle et méga tube inter planétaire , mais pas que celui là bien d'autres également !

Loïc : "Et je veux vivre mieux, tout multiplier par deux, écoute un peu mon langage, même s'il te paraît sauvage"...

Maxou : "Papa, t'es plus dans l'coup", titre entêtant court, bien rythmé... C'est la Sheila des débuts, espiègle et dynamique !

Michel : "La Chanteuse", Pou pou pi dou, la même rengaine, j'adore ! Mais il y en a plein d'autres...

Patrick : "Comme aujourd'hui". C'est une chanson qui donnait le départ pour une nouvelle ère. Je sentais Sheila sereine, débarrassée d'un tas de choses. Et j'adore cette période, après quelques années où je l'avais un peu lâché. Les années 84-85 ne sont pas mes années préférées.


5 – Si vous aviez l'opportunité de la rencontrer, qu'auriez-vous envie de lui dire ?


Bernard : Je crois que je ferais un blocage... lol. Tout dépend du contexte de la rencontre !

Didier : Simplement "merci" pour le bonheur qu'elle m apporte depuis tant d'années.

Dom : A quel point elle compte pour moi, sur ma vie indissociable à sa carrière. Mais je lui ai déjà dit.

Eric : Il m'est arrivé de la voir de près lors de dédicaces ou lors d'un concert, je n'ai pas ressenti le besoin d'échanger avec elle.

Fred : Combien ca nous fait plaisir de la revoir sur scène et de lui souhaiter un bon anniversaire !

Gilles : Si je devais avoir une discussion privilégiée avec elle aujourd'hui, je ne pense pas que le sujet artistique sur lequel on connait déjà tant de choses serait ma priorité conversationnelle. Je préférerais aborder le thème qui lui est si cher, celui de la spiritualité. Elle maitrise sans nul doute mieux que moi ce domaine au travers des expériences qu'elle a pu accumuler, notamment du fait de son NDE (NDLR : Expérience de mort imminente) en 1987.

Il est rare qu'une artiste de variétés ait cette dimension là et s'interroge sur le sens de son existence, sur la question fondamentale de la mortalité et de ce qui la suit. Ce serait très certainement instructif me concernant, moi qui me pose beaucoup de questions en la matière. Bien davantage qu'aborder une fois de plus ses rapports conflictuels avec Claude Carrère, sa carrière sur scène empêchée ou la "rumeur" ridicule sur laquelle aujourd'hui nous savons tout.

Jean-Jacques : Mais qu'elle me confirme que c'est bien pour moi seul qu'elle a enregistré cette chanson. (NDLR : "C'est toi que j'aime ")

Jérôme : Je voudrais connaître son sentiment sur l'évolution du monde de la chanson et de l'entertainment depuis les années 60. Y a t-il des regrets à avoir ?

Jussy : Sheila nous sommes là pour toi comme tu as été là pour nous. Merci beaucoup pour tout.

Kris : Tout simplement que je l'aime, que j'ai grandi avec elle, et qu'elle fera partie de ma vie à tout jamais !

Loïc : Un truc assez naïf comme : "Vous me montrez votre short magique ? Promis, je touche avec les yeux, je ne l'essaierai pas. Encore que… avec une petite diète"...

Maxou : Rien de particulier, je ne suis pas certain que Sheila tiendrait compte de ce que je lui dirais !

Michel : Pourquoi ces longs silences ?

Patrick : Que je la suis depuis de nombreuses années, depuis mon enfance, qu'elle fait un peu partie de la famille, et merci pour les bonheurs apportés et bravo pour le courage dont elle a du faire preuve très souvent.



6 – Selon vous en quelques mots pourquoi Sheila et pas une autre vedette ?


Bernard
: Je la considère bien sur au-dessus de ses consoeurs de la même époque, je pense que ce qui m'a plus en elle c'est sa voix claire et limpide, son regard avec la caméra, ses tenues à paillettes, la facilité de se mouvoir sur un plateau télé puis plus tard sur scène.

Didier : Pour son côté joyeuse, sa force de caractère ...

Dom : Sa pétulance, sa vivacité, son dynamisme, sa voix. Après difficile à expliquer : hasard, coïncidence ou évidence ?

Eric : Pour le Mythe ! J'ai essayé pourtant, Dalida, France, Sylvie, Karen, Véronique...

Fred : On a grandi ensemble, ses chansons ont traversé nos vies et nous ont accompagné, et ce regard à la caméra pétillant et vif... Maintenant pourquoi elle plus qu'une autre, je serai bien incapable de l'expliquer... Peut être au fond sa joie de vivre et le plaisir qu'elle prenait à chanter et danser !

Gilles : C'est un peu contenu dans ma réponse liminaire. Ses concurrentes de l'époque n'avait pas à mes yeux, et déjà à mes yeux d'enfants, de réelles dispositions à bouger leur corps. Madame Vartan dansait pour moi comme un pied (jugement un peu sévère mais il était alors le mien) et Mesdames Gall ou Hardy, elles ne dansaient pas du tout !

C'est vraiment par ce prisme-là que mon attachement à Sheila s'est forgé et peut-être cela m'a-t-il aidé à aimer ou même adorer ses chansons. Par ailleurs, sa période disco a totalement fini par entériner ou justifier mon adhésion, je pourrais même aller jusqu'à dire indûment mon "adhérence".

Tant j'ai aimé Sheila en short paillettée et chorégraphies virevoltantes. Evidemment, mon époque préférée. D'autant plus que mis à part de rares exceptions, ses Martineries, ce n'est pour moi pas MA Sheila. Trop intellectuel à mon regard, sans doute !!!! Sheila était la vedette, la Star la plus populaire et cette popularité là de tout temps m'a toujours sied.

Jean-Jacques : Mais quelle autre vedette, je vous demande ? Elle avait cette voix claire et les yeux qui pétillaient. Pour les plus jeunes vous ne savez pas, mais dans le monde de la chanson, dans les années 60, on passait de l'ombre à la lumière. Les artistes d'avant nous faisaient peur (lol) et Sheila apparut. En plus elle dansait alors que tous ceux d'avant étaient figés.

Jérôme : Innovante et indestructible.

Jussy
: Parce que c'était Sheila pas une autre je ne saurais l'expliquer je n'ai toujours pas trouvé de réponses.

Kris
: Grande question! Quand je l'ai connue, elle avait déjà les cheveux longs, ma sœur était fan donc j'entendais ses disques à longueur de journée, elle était belle, gracieuse et puis son timbre de voix à partir des années 70 était top, comme dirait Astérix je suis tombé dedans quand j'étais petit, c'est une des rares vedettes dont je suis toujours fan et que je suis avec assiduité !

Loïc : Tout vient du choc de "Quel tempérament de feu". Sheila a oblitéré ma mémoire avec ce titre. Puis vinrent "Le prince en exil", "Les femmes", puis "Love me baby", "Singin in the rain", "You light my fire", "Seven lonely days"," Spacer" où Sheila évoluait dans des tissus toujours hyper féminins et incandescents. Je me suis depuis tourné vers d'autres artistes et groupes. D'autres styles, d'autres musiques. Mais Sheila est une fille du feu ; on n'oublie jamais vraiment sa première flamme. (NDLR : Ecoutez "La chanson d'A" initié par loïc en fin d'interview)

Maxou : Enfant, j'ai eu ce coup de foudre, j'ai aimé sa voix, son look, sa présence sur les plateaux télés.

Michel : Un Talent d'exception qui n'a pas trouvé sa place. Parce que c'est Sheila !

Patrick : Parce que c'était elle, parce que c'était moi. Sa voix, sa façon de chanter, de parler. Il y a eu des hauts et des bas, elle a tout assumé. Discrète sur ses opinions politiques. Sheila n'est pas une donneuse de leçons. Puis j'ai toujours aimé les textes de Sheila. Même les chansons les plus ''faciles'', ou qui paraissent les plus faciles, comme " Gloria", "Une affaire d'amour"... Sheila a souvent été critiqué pour ses textes. Ils sont tout simplement humain. " Gloria" est un texte superbe, qui concerne beaucoup de famille. J'ai aimé les changements de direction. Les Etats-Unis à la fin des 70's, le retour en français début 80's. C'est une artiste qui a fait son travail, son job.



7 – En quelques mots ou adjectifs pour décrire les émotions que déclenche Sheila en vous ?


Bernard : Outre de la nostalgie (une bonne nostalgie), Sheila provoque en moi une grande admiration à son égard, une fidélité à toute épreuve, du peps et de l'optimisme (surtout à la sortie de ses concerts).

Didier : L'admiration, respect, plaisir !

Dom : Bonheur, intemporalité, insouciance, solidité.

Eric : Sheila ça positive lol !

Fred : Emotion, une infinie tendresse...

Gilles : La nostalgie... Confondue à mon propre passé, à mes jeunes années qui pourtant par bien des aspects n'avaient rien de follichonnes. La nostalgie car Sheila m'a apporté ce qui me manquait tant dans ma vie d'alors, le rêve. Qui me permettait de m'évader de mon quotidien terne voire douloureux. Une émotion teintée d'attendrissement pour ce qu'elle fût ou a été, le sentiment qu'elle est en fait une partie de moi-même et de mon histoire personnelle.

Et sûrement aussi une certaine admiration d'avoir eu ce parcours artistique qui est et demeure plus que jamais exceptionnel, par sa richesse, ses changements de cap même incohérents et par sa longévité quand on observe le paysage musical actuel. Ce n'est pas demain, plus jamais un petit garçon aura SA Sheila qu'il retrouvera toujours et encore sur sa route 5 décennies plus tard. Et ça, ça suscite, ça mérite le respect.

Jean-Jacques
: Joyeuse et positive au début, grave et bouleversante à la fin.

Jérôme : Des souvenirs d'enfance surtout, d'un monde plus léger (sans doute faussement)…

Jussy : Beaucoup par les chansons gaies ou tristes la chorégraphie pour chaque chanson pour les souvenirs d'avoir grandi à ses cotés je la considérai comme une grande sœur.

Kris : Amour, tendresse, joie, peine, chacune de ses chansons nous a apporté quelque chose.

Loïc : Frissons partout, adrénaline et énergies. Des émotions très intenses.

Maxou : L'écouter fait du bien à mon moral, elle me rebooste quand j'ai des coups de mou !

Michel : Un talent qui n'a pas trouvé la place méritée...

Patrick : Beaucoup de plaisirs pour chaque chanson de chaque époque, et des souvenirs personnels qui resurgissent. Des souvenirs intacts.



8 - Pour finir, comptez-vous aller voir Sheila à l'Alhambra et si oui qu'attendez vous de ce spectacle ?


Bernard : Bien sûr que j'y serais, et les deux soirs. A quoi m'attendre, Sur le fond il y a quelques semaines j'aurais su quoi répondre. Aujourd'hui, je ne sais pas du tout comment cela va se passer. Je suis excité et inquiet à la fois. Sur la forme j'aimerais évidemment 1 ou 2 inédits et des chansons jamais chantées sur scène, comme "Kennedy Airport" ou "Little Darlin'" par exemple.

Didier : Oui, pour découvrir son nouvel univers musical.

Dom : D'éternelles retrouvailles... Du partage, de l'insouciance, de l'amour.

Eric : Non, j'ai décroché quand même ces dernières années, même si elle a toujours ce petit truc qui fait qu'on revient vers elle. Je salue l'initiative, mais je ne me vois plus du tout dans ce genre d'évènement. Je suis tout de même à l'écoute de ce que sera le spectacle, même si je sais que sa couleur aura changé entre temps...

Fred : Oui, j'y serai, le plaisir de la revoir et d'entendre ses nouvelles chansons.

Gilles : Je ne suis pas complètement certain de pouvoir être à Paris alors mais si je le peux, si je reste ici, alors oui, bien sûr. Pour toutes les raisons qui précèdent !

Jean-Jacques : Non je n'irai pas à L'Alhambra. Je suis loin de Paris cet été.

Jérôme : Je ne sais pas encore.

Jussy : Non je ne peux pas y allez mais je penserai très fort à Sheila c'est sûr !! J'espère qu'il y aura une trace de ce spectacle si exceptionnel. Ça sera ma journée Sheila quand même.

Kris : Oui j'y serai le 16, j'attends d'entendre quelques unes de ses nouvelles chansons, après ce serait sympa des titres qu'elle n'a jamais ou peu chantés sur scène et bien sur des chorégraphies d'enfer !

Loïc : Non, pas disponible à ces dates.

Maxou : Je prévois d'y aller le 16 Aout, j'espère que le spectacle sera de qualité comme celui de 2012 à l' Olympia... J'attends aussi de la nouveauté.

Michel : Et non malheureusement à cause du timing, mais très curieux de savoir comment c'était ! J'espère un autre spectacle bientôt !

Patrick : Non, je serai alors en vacances.








Sur les 13 + 1 personnes qui ont acceptées de se prêter au jeu des réponses, on s'aperçoit que Sheila les a plus marqué sur les années 70 ! Sans vexer personne, nous avons tous et toutes, nous allons dire en moyenne 50 ans ou plus !

Il n'y a pas de titres réellement spécifiques qui ressortent, car la grande force des chansons de Sheila sont d'être tellement différentes, que toutes les époques sont évoquées ! Une constante s'impose, le regard à la caméra, l'habillement, les danses, chaque apparition de Sheila avait toujours une nouvelle chorégraphie, jamais la même tenue, des coiffures différentes selon les années traversées !

Au niveau sentiments, elle déclenche un capital sympathie qui fait du bien aux personnes qui la suivent, SHEILA à toujours eu cette rare faculté de rassembler des personnes de milieu professionnel différent, et d'avoir ce rayonnement que nous appelons du charisme !

Au final ce qu'elle a toujours revendiqué haut et fort : être une chanteuse populaire ! Ce qui est intéressant aussi, au travers de ces témoignages c'est que nous avions demandé des réponses courtes et claires pour que ce ne soit pas trop long à lire, et on découvre que dans l'emportement de vouloir s'exprimer on y sent de la passion, de la fidélité, de la déception, et quelque part une formidable chaine de personnes qui d'une part répondent présents, et surtout ont un plaisir intact de la redécouvrir ! Et pour finir sur une légère et subtile note d'humour, le hasard a fait que l'on se retrouve à 13 + 1, ce fameux chiffre qui est entré quand même on peut le dire un p'tit peu grâce à elle, dans la légende !


Nous vous laissons sur une note musicale avec "A" comme... Ah ! La Chanson d'A. !




Merci à ceux qui ont fait exister la Chanson d'A. : Les chanteurs : Antoine, Virginie, Fanny, Jérôme, Stéphane d'H., Stéphane S., Patrick et Dominik, Alain, Pascal, Julien, Jean-Jacques, Frédéric - L'arrangeur : Jean-François-Jeff. La guitariste : Nath. Paroles , musique & claviers : Loïc - Inclus dans le titre quelques notes de "Spacer" de Nile Rodgers et Bernard Edwards et le sample de "Quel tempérament de feu" de Mickaël Close, Claude Carrère et J. L. Sebastian.






Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews
-- Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site