Avec l'aimable autorisation d'Olivier. Conformément aux souhaits de l'auteur, reproduction interdite.

Vous êtes sur la page 12

 

Années 2000
Chapitre 34

L'an 2000 est là, Sheila est toujours là ! Une survivante, à la même époque, Sylvie Vartan déclare après une série de concerts à l'Olympia qu'il ne faut plus la considérer comme une chanteuse mais comme une actrice, malgré son échec cinématographique, Vartan rêve d'une reconversion au septième art, seulement elle n'obtiendra qu'un téléfilm produit par France 3 "Mausolée pour une garce" et après une courte absence reviendra vite à la chanson !

Mireille Mathieu chante beaucoup à l'étranger, depuis la mort de son "pépé" Stark en 1989, Mimi n'a guère rechanté en France, Françoise par contre fera un retour remarquable avec "Clair obscur", on se souvient qu'en 1989 également, elle avait souhaité s'arrêter. C'est maintenant le règne de Céline Dion, Lara Fabian, Héléne Ségara, les comédies musicales, Mylène Farmer est la star déifiée incontestable et incontestée, bien que proche du virtuel …

Sheila essaie sans soutiens, sans radio, ni vraiment de maison de disques qui la suivent dans un projet de continuer son métier, on la voit dans l'émission racoleuse d'Evelyne Thomas, la nouvelle coqueluche du Paf et future Marianne !!!! , "C'est mon choix" sur le thème de la voyance. On lui prédira une fuite dans sa salle de bains, très interessant !

Considérée comme une icône gay : "C'est un mot qui me fait très peur, si on me parle d'icône, moi je vois la Sainte Vierge dans les églises, une icône c'est beau, mais ça ne vit pas, moi je vis ! », elle est pressentie pour animer sur un char la "Gay pride" 2000 ! Fort heureusement, elle ne donnera pas suite au projet mais fera un show case à la Fnac en faisant la promo de la compil de ce fameux défilé des fiertés et aussi son maxi CD "Love will keep us together" remixé. Le 21 juin, c'est encore Michel Drucker qui l'invite à la fête de la musique à chanter …"Les rois mages" et non pas son dernier single mais un extrait du dernier album : "Se laisser danser" un rythme salsa.

Au cours de ce grand rassemblement musical, elle se retrouve en plateau avec Alain Souchon, ce dernier parait géné et ne répond pas lorsqu'elle lui fait du rentre dedans "Et quand est-ce que tu l'écris , ma p'tite chanson" ?… Même s'il a autrefois collaboré avec Yves Martin, le père Souchon ne veut pas se compromettre avec… Sheila, qui malgré les nombreux retours en grâce vis à vis du public, conserve dans le métier une image malheureusement entachée de ringardise… Son passé de chanteuse trop populaire pour être honnête l'empêchera toujours d'être enfin considérée comme une vraie et belle artiste…

Le 30 juin, Sheila marie son fils, Ludovic épouse la jolie Rosa en grandes noces entouré des deux familles, de rares personnalités du show biz, les fidéles Pascal Sevran et Michel Drucker. C'est le magazine "Oh la" qui paie la cérémonie en échange de huit pages et la couverture, une pratique somme toute courante… Interrogé sur sa mère, le "fils de" se repand en louanges : "Je suis fier d'être son fils, ça n'a pas été facile tous les jours, mais je n'ai pas à me plaindre… " Ludovic et Rosa seront photographiés peu après lors de leur lune de miel, six pages également, mais la question se pose, le fils de Sheila [et accessoirement de Ringo] passionne t-il quelqu'un d'autre que le fan(atique) ?

Le beau conte de fées s'achèvera bien vite pour virer dans le glauque… Ringo, ne fait pas partie des invités, le 7 avril 2000 (hasard malheureux, la diffusion de l'émission a lieu le jour du 25eme anniversaire de Ludo), il fait son grand retour télévisé chez Jean-Pierre Foucault dans "Les années tubes", non pour promouvoir une compilation mais l'ouverture d'un nouveau restaurant à Toulouse avec son épouse Annick.

Pourquoi pas, mais n'était-il pas plus "normal" d'inviter Sheila qui, elle, avait une vraie actualité artistique ? "Dense" continue à être boycotté sur certains média alors que son ex mari bénéficie d'une promo dispensable… Cette rentrée en fanfare [Ringo fera également l'émission d'Arthur et annonce même sa présence aux Enfoirés, ce qui ne se fera pas] est l'occasion pour lui de parler enfin aux médias. La presse à scandales pour séniors y vont de leurs unes raccoleuses et vulgaires "Sheila agressée par son ex mari" etc… On ne parle que réglements de compte de part et d'autre, vingt cinq ans après.

Qu'elle va être la direction que prendra la carrière de Sheila à présent que son dernier album ne se soit vendu qu'aux environs de seulement trente mille exemplaires ? Il est révolu le temps où elle demeurait la plus grosse vendeuse de disques qui puisse exister [dixit la chanteuse en 1984 !] ses dernières grosses ventes remontent aux années 80, maintenant Sheila revendique la scène, là où elle exulte.

L'année 2000 n'est pas folichonne, elle rejoint à la fin de l'année, cent de ses "collègues" réunis à l'initiative de Pascal Obispo et Line Renaud pour un disque caritatif "Noël ensemble", les rushs du clip nous montrent Sheila et Sylvie en studio alors qu'elles enregistrent leur passage, très bref d'ailleurs, il n'en faut pas plus pour que naisse sur le net la rumeur d'un duo entre les deux plus grandes gloires féminines des années 60 et 70 ! En réalité, le clip les montrera côte à côte et n'apparaitront dans aucune des chansons de l'album…

Pour 2001, Sheila continue ses galas qui attirent une foule enthousiaste à chaque fois, le grand public peut la découvrir sur scène, et les réactions montrent qu'en réalité, même après presque quarante années, Sheila reste méconnue. Un homme va décider de mettre un terme à cette injustice, cet homme est un grand fan depuis toujours, c'est Didier Varrod, celui là même qui lors des années Zénith a commencé la lente réhabilitation de son idôle grâce à des papiers convaincants et toujours justes dans la presse de l'époque.

Depuis, il a fait son chemin, il a écrit plusieurs ouvrages sur la chanson Française, sur Renaud, Jean Jacques Goldman, complice de Jean-Louis Foulquier sur les ondes et aux Francofolies de la Rochelle, c'est lui qui a modifié le regard de Foulquier sur Sheila, ce dernier en serait même arrivé à l'apprécier… Varrod se voit confier les animations musicales de la chaîne cablée "Canal Jimmy", la chaîne bien aimée des fans des stars des grandes années grâce aux nombreuses rediffusions des shows Carpentier, des Tête de Bois d'Albert Raisner, émissions déjà historiques pour ne pas dire préhistoriques !

En décembre dernier, Sheila avait déjà été l'invitée d'honneur d'une soirée spéciale "Pattes d'eph", donc le soutien de la chaîne et de son directeur des programmes Frank Appiéto à Sheila tombe très bien, au moment où les radios continuent à la bouder… "Les idoles du samedi" permettent à Varrod d'inviter une vedette et de lui consacrer la soirée à travers des émissions rediffusées intégralement, Sheila sera à l'honneur… trois fois ! L'occasion d'aller encore plus loin en interview, de revisionner des documents inénarables de la belle devant subir les niaiseries de miss Gilbert, où encore la première diffusion du dernier concert à l'Olympia…

Didier Varrod
va poursuivre son entreprise jusqu'en 2002 où hélas, l'émission ne sera pas reconduite. Il aura tout de même l'occasion d'offrir à son idole un concert acoustique enregistré à l'Usine à la Plaine St Denis en novembre et diffusé en février 2002. Un beau pari, puisque Sheila passera après Jean-Louis Aubert et Etienne Daho, "Télérama" sous la plume de Anne-Marie Paquotte se fendra d'un bel article :

"Voici une Sheila surprenante, non que sa voix ait acquis puissance ou profondeur (…) la douceur légère lui sied (…) on retient plus volontiers le plaisir qu'elle partage avec un public énamouré, les arrangements joliment jazzy, les inflexions faubourriennes dans la voix de l'interviewée, sa vivacité, quelques pertinentes remarques sur les artistes fabriqués par la télé (…) Le parti pris de fan adopté par Didier Varrod est parfois agaçant, ceux qui n'en sont pas auraient peut-être souhaité en savoir davantage sur les activités de la chanteuse lorsqu'elle s'est mise en congés du show-biz [Elle parle plutôt bien de sculpture, plus briévement d'écriture de prières, d'étude de chakras]... et se voir donner des repéres chronologiques sur sa carrière, débuts, adieux, retours etc…Cela dit, le nouveau rendez vous de Canal Jimmy confirme qu'il ne manque pas d'attraits. »

Beaucoup réviseront leur jugement après le concert. On découvre une Sheila sobre, pas très à l'aise au début mais devenant de plus en plus convaincante dans ses interprétations jazzy des titres de la période "Martin" comme "Sur un fil" du dernier album, "L'écuyère, Vivre mieux, Tu m'as manqué, Monsieur Vincent, Emmenez-moi, Partir" des albums "New Era" augmenté d'un titre rescapé de la période Carrère "Samson et Dalila" sur un rythme plutôt reggae cette fois ci et deux reprises, étonnantes, d'une part le célébre "Smile" de Charlie Chaplin que les plus grands se sont appropriés et "How sweet it is" de James Taylor qui semble avoir été créé pour elle…

Une belle réussite entrecoupée d'une nouvelle interview réalisée par Didier Varrod qui n'est jamais à court de questions… et ce n'est pas fini… Jimmy rediffuse ensuite le documentaire réalisé en 1984 "Grandeur nature" là où Sheila se voyait relookée par Jean-Paul Gaultier…

Parallélement à cela, Sheila se voit à nouveau compilée pour ses 40 ans de carrière, un an à l'avance, une quarantaine de titres remasterisés, un habillage de qualité, mais hélas point d'inédits, à l'origine, devait être exhumé le fameux "Condition féminine" datant de 1982 et jamais sorti, les bandes n'ont pas été retrouvées à temps… Sheila va faire une promo tout azimuts de cette compil particulière puisque celle d'un anniversaire et quelle chanson sera choisie comme fer de lance ?

"Les rois mages" bien sûr, bien qu'en version originale sur le disque, la promo sera salsa, par contre, "Spacer" le deuxième choix bénéficiera de la version originale en plateau ! Sheila offrira un mix de la chorégraphie du Zénith et de la version 98… On la verra également interpréter Brassens et ses bancs publics dans un duo avec Sevran et Mouloudji et son p'tit coquelicot, lors d'un "Chanter la vie" nouvelle émission hebdomadaire remplaçant "La chance aux chansons" mise au rencard l'année précédente. Grand retour médiatique de Sheila qui pour l'occasion retrouve son ancienne attachée de presse et amie : Annie Markhan.

Les deux Annie ont renoué depuis peu, il est vrai que Sheila se fâchait avec toute personne fréquentant de près ou de loin son ancien producteur Claude Carrère, Markhan étant restée à ses cotés jusqu'au rachat par East-West, elle fut écartée des relations de Miss Chancel, cette dernière n'a pas été très tendre avec son ex-amie dans son roman "Et si c'était vrai"… Son retour auprès de Sheila va être bénéfique, la promo de la compilation fut une réussite, nombreuses couvertures de journaux, et tout autant d'articles, des télés à foison, le résultat ne se fit pas attendre, la nouvelle et ennième compil fut un succès.

Sheila commente le retour de son amie ainsi : "C'est un beau pied de nez (..) ce qui est drôle et c'est le coté amusant de ce métier, c'est qu'elle a entendu beaucoup de choses comme moi de mon coté ! (…) On finit par se retrouver avec le temps qui passe (…) on s'aperçoit qu'il ne faut jamais rentrer dans les vieux ménages…"

 

Années 2000
Chapitre 35

L'année 2002 sera à bien des égards une année terrible et à la fois géniale pour la vedette. Sheila est donc bien présente dans les médias, elle participe notamment à la spéciale pour un hommage à Dalida, son amie. Elle a choisi d'interpréter "A ma manière" une chanson qui collait parfaitement à la peau de la grande artiste, Sheila n'a pas démérité, Orlando fut visiblement conquis par cette Sheila émue et émouvante…

Arrive l'été tragique, tragique pour plusieurs raisons, Ludovic s'est séparé de sa femme, il va connaître alors une douloureuse descente aux enfers et le mener à tous les excès, Sheila deviendra grand-mère malgré elle, Ludovic ayant eu un enfant avec une rencontre de passage… Que fait-il au juste ce grand gaillard dans la vie ? Il tient une boutique de fringues dans le quartier des Halles et s'en sort plutôt bien, mais bien qu'il s'en défende, les paillettes lui font envie et bientôt, ce sera son heure, du moins en est-il persuadé…

Mais le pire est à venir, la maman de Sheila, Micheline décède brutalement le 11 août, elle était atteinte d'un cancer depuis quelques années, son mari André qui, lui, était malade depuis longtemps ne survit à son épouse que quinze jours et la rejoint dans la nuit du 27 au 28 aout. C'est le drame absolu pour Sheila qui vénérait ses parents plus que tout. Ces deux décès arrivent justement lorsque Sheila est en studio pour enregistrer l'album qui assurera la promo du futur Olympia prévu en octobre . Elle aura le cran d'honorer ses galas d'été et de chanter deux soirs après les obsèques déchirantes où dans son malheur, elle aura la surprise de la présence de Claude Carrère auprès d'elle pour la soutenir, il aura fallu ces drames successifs pour que les deux anciens partenaires se réconcilient.

Sheila lui en sera reconnaissante, elle lui adressera d'ailleurs un an après un véritable message d'amour dans le livre d'entretiens réalisé avec Didier Varrod. Malheureusement, Carrére n'ira pas jusqu'à applaudir son ancienne protégée à son Olympia anniversaire "Je sais ce que tu vaux" lui répondra-t-il, il signera par "ton frère" sur la gerbe de fleurs qu'il lui fera livrer dans sa loge.

Show must go on dit-on mais pour Sheila, cela fait beaucoup. D'autant plus que Warner hésite à sortir un nouvel album complet, la vedette devra se contenter d'un mini album de sept titres reprenant la formule "acoustique" , quelques titres de la période Martin vont donc se métamorphoser, "Film à l'envers, Guerrier Massai, Partir [déjà interprété à l'Usine lors du concert], Le tam tam du vent et Tangue au" retrouvent une nouvelle jeunesse : la voix de Lybert Ramade dans "Tangue au" est une idée d'Yves Martin ; dans la première version, des choses le gènaient, j'ai trouvé ça très original.

Quand je réenregistre des titres comme ça ou le "Tam tam du vent", si c'est pour faire la même chose, ça n'a aucun interêt. Deux inédits seulement seront inclus, il s'agit d'un country écrit par Yves Martin : "S'envoler" et d'une courte mais belle chanson intitulée "Toutes ces vies" écrit par le même Martin et Patrick Lemaître, déjà auteur de "Dense"…

Les critiques sont positives, mais ce mini album est décidemment trop court pour intéresser le grand public, les ventes seront catastrophiques, mais Sheila ne baisse pas les bras, des disques, elle en a vendu des wagons, une fois encore, la qualité doit primer… Cependant, les lois du show biz ont changé, pour enregistrer un vrai album , il faut avoir rentabiliser le précédent et pour elle, hormis "Le meilleur" sorti en 1998, depuis, les ventes sont quasi-inéxistantes… C'est seule, avec son compagnon que Sheila se produira neuf soirs à l'Olympia, aucun média n'y sera associé… Reconnaissons cependant que le caractère entier et infléxilble de la vedette n'y sont sûrement pas étrangers…

Avant ce rendez vous attendu, Michel Drucker lui offrira un prime time pour fêter ses 40 ans de carriére le 28 septembre, deux heures de souvenirs, d'émotion, de joie aussi, des invités aussi, pas aussi nombreux qu'elle l'aurait souhaité mais les fidèles sont là, Pascal Sevran en tête, Ludovic, malgré ses problèmes a tenu à être auprès de sa mère, Dave, l'heureux complice de "Salut les copains" lui donnera la réplique dans une autre version de "Samson et Dalila", Serge Lama reprendra en sa compagnie son tube "D'aventures en aventures", la fidéle Françoise Hardy entonnera "L'amitié" dans un duo de dames forcément émouvant, manque à l'appel Sylvie Vartan, il est vrai que Sheila avait toujours souhaité que le trio infernal des glorieuses années se reforme un soir , mais ce n'est pas de l'avis de toutes…

La caution intellectuelle de la soirée sera l'acteur Pierre Arditi qui lui rend un vibrant hommage et lui assure sa présence à l'Olympia, tout en lui rappellant que si elle n'avait pas " la carte" après tout, qu'importe ? Catherine Jacob est là aussi pour apporter son soutien à la chanteuse, les deux femmes s'étaient retrouvées côte à côte dans l'émission de Marc-Olivier Fogiel l'année précédente et contre toute attente, l'actrice se mit à défendre sa voisine devant les attaques du jeune animateur. De là à les déclarer amies…

La présence de Catherine Jacob serait-elle due aux désistements d'autres "amis" plus proches ? Ce soir là, en tous cas, Sheila même en recyclant une nouvelle fois ses "Rois mages" et autres "Spacer" [mais après tout, pour ses 40 ans de carrière, il eut été impensable de ne pas les entendre], si elle n'a pas battu la Star Académy qui rafle tout chaque samedi, plus de cinq millions de Français étaient présents pour rendre hommage à celle, qui malgré les années, demeure dans le cœur des gens...

Le 1er novembre, alors que la France a fleuri les tombes en ce jour de Toussaint, Sheila se prépare dans sa loge, invoque certainement ses parents qui ne seront plus au premier rang… Fêter cet anniversaire sans eux est bien douloureux, Ludovic sera présent avec Rosa, mais jouant la comédie pour les photographes de "Oh la" et de "Match" ! Sheila, pour cet anniversaire a choisi bizzarement de ne mettre que peu de "Sheila" dans son répertoire, d'où une certaine déception du grand public et de nombreux fans qui attendaient les Tempérament de feu ou autres Prince en exil !

Cette fois, il n'y aura que les titres du mini album, plus la reprise de "Smile", de "L'absent" de Bécaud dans une interprétation déchirante et pour cause, regardant le ciel comme pour s'adresser à ses chers disparus… Et aussi une surprenante reprise de "Over the rainbow" de Judy Garland extrait du "Magicien d'Oz". De nombreux medleys permettent de bouger un peu, un medley dit "campagne" avec des extraits de "L'école est finie [inévitable], Oncle Jo ou encore Le rêve, adapté du célèbre Daydream en 1966", un medley spécial hommage à Pétula Clark qui reste une idole pour l'ancienne yéyé girl…

Et un medley disco-funk avec notamment les œuvres de Chic : "Spacer, Your love is good" mais aussi "Chic mystique" du dit groupe Chic, mais aussi "Upside down" de Diana Ross, "Célébration" des Kool and the gang, "Américan girls" des Sister Sledge

Un medley salsa avec "Se laisser danser, Conga" de Gloria Estefan, quelques surprises comme "Chaque instant de chaque jour" sa reprise de Dionne Warwick en 1964 ! et des standards comme "These boots are made for walking", "I say a little prayer" ou encore "Vivre mieux" dans sa version acoustique réellement formidable… "Pop-art" enfin sur scène avec la chorégraphie d'origine fort réussie, et en final, mais oui, "Les rois mages" qui sera définitivement le titre le plus exploité dans toute sa carriére ! Elle avait prévenu : « Il ne faut pas vous attendre à un défilé de chansons de Sheila, parce que même moi, ça m'enquiquinerait ! »

Pari risqué de présenter un tel spectacle complétement nouveau et qui tranche vraiment avec le précédent, les critiques apprécient, le public un peu moins… Sheila fait la une du "Monde" pour son show , ce qui est tout simplement ahurissant, les portes s'entrouvent à nouveau, les avis sont partagés certes quant au choix des chansons mais l'artiste est reconnue. C'est le journaliste Renaud Machard qui rencontre la vedette, il évoque globalement les principaux repères de sa carrière et s'arrête plus longuement sur le fameux concert "unplugged" de ce début d'année : "C'est une Sheila intime et parfois bouleversante, très loin de ses premiers succès à couettes et des tubes disco (…) Une Sheila chantant pour des amis sur le ton de la confidence, aux cotés d'un quartet de jazz trouvant en elle la nervure essentielle du swing (…)" .

Machard revient sur la naiveté de Sheila que beaucoup ont voulu prendre pour de la sottise, ce qui frappe, après une heure passée en compagnie de l'artiste, c'est l'évidente intelligence dont elle témoigne… les journaux de tous bords lui consacrent des articles tous en sa faveur. Seul bémol, Sheila sur scène n'est plus l'évènement attendu comme en 1985, là elle a chanté neuf soirs devant un Olympia rempli, même aux trois quarts certains soirs, on ne peut pas dire que ce ne fut pas réellement un succès.

L'Olympia inaugura avec Sheila une nouvelle formule qui consistait à danser après le show dans une des salles attenantes, avec chaque soir un DJ différent, formule peu prisée par le public, celui présent ne venait que pour espérer une apparition de l'idole, ce qu'elle fit certains soirs, mais assez furtivement et pas de dédicaces ! Autre problème, jusqu'au dernier soir, personne ne voulut immortaliser le concert, comme au Zénith où il ne subsiste que de rares images, Sheila appelle même son ami Michel Drucker qui par le biais de sa société DMD avait filmé le précédent, hélas, Drucker est en pourparlers pour revendre ses parts et doit décliner sa demande, au grand dam de la vedette.

Elle réussira cependant in extrémis à faire filmer cet événement , elle investira elle-même pour en garder une trace, et le distributeur sera Sony, la firme ne le regrettera pas puisque le spectacle "Jamais deux sans toi" édité en CD, cassette vidéo et enfin en DVD, le premier ! finira et disque d'or et DVD platine, un record, puisque on sait que les "live" vendent peu, pour Sheila, c'est un exploit qui prouve que le grand public ne l'a pas oublié et accepte enfin une Sheila différente…




à suivre ...

 
Retour haut de page
 
 
Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews - Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site