Le 24 octobre 2012 - Reportage et interview réalisés par The Treiz et Lefantomedunet
Partagez cet article en 1 clic sur

 

 

Objectif Flash

Christophe Boulmé, photographe au parcours hors du commun, travaille avec Sheila depuis de nombreuses années, vous connaissez et appréciez ses clichés qui allient le charme au naturel. Artisan sur les photographies du Cabaret Sauvage et sur la promotion de l'Olympia 2012, nous avons souhaité vous faire connaître son travail. Christophe est un garçon passionné, nous respectons sa discrétion, il aime rester derrière son objectif mais néanmoins il nous a accordé un peu de son temps en toute simplicité.

Nous retrouvons Christophe sur le nouvel album de Sheila "Solide".

 

 

 

 

 


 

Afin de vous faire connaitre auprès de nos lecteurs, pouvez vous nous résumer en quelques lignes votre parcours artistique ?


Si je devais faire une chronologie, ca ne serait pas flatter un de mes principaux traits de caractère : bordélique ! (rire) Tout est allé si vite. Ma vie est un tourbillon… Au fur et à mesure, j'ai eu la chance de faire de jolies rencontres, mais je n'ai rien calculé. Je ne sais pas être « jet set », par conséquent je travaille toujours avec les gens qui prennent le temps de me « voir ». Et pour moi, tout est un peu en vrac dans ma mémoire…

J'ai eu la chance de pouvoir choisir de travailler avec les gens que j'aime. Je ne suis pas un collectionneur de « têtes », et encore moins couronnées ;-) . Je suis passé du lycée aux Beaux-Arts, des Beaux-Arts à l'armée, et de l'armée au grand « n'importe quoi » (rire). Et puis je suis un peu comme qui vous savez, je ne sais pas regarder en arrière (rire).


Vous avez travaillé sur les productions de Michael Jackson pouvez vous nous décrire lesquelles, et dans quelles circonstances avez vous été ammené à réaliser ces projets ? Quels bons souvenirs gardez vous de votre rencontre avec la star ?

Je dois tout au magazine Black & White qui a été le tremplin à tous mes travaux et mes essais. Je dois tout à mes confrères depuis plus de 15 ans maintenant : Julien Derain et Laurent Hopman. Ils m'ont donné la possibilité d'être ce que je suis : un peu touche à tout. A la fois photographe, illustrateur, graphiste, directeur artistique, etc... On a pris le risque. Alors bien sûr, quelque part, je me flatte à penser que j'ai fait du travail suffisamment bon pour que l'aventure existe avec le soutien de Michael, assez rapidement. Et du fait que j'étais donc un peu ce « touche à tout », j'ai fait un peu de tout pour lui : du photographe au graphiste…

Mais vous savez, on est des milliers à avoir travaillé avec lui. Mais je garde une certaine fierté d'avoir su être à la fois un « fan » et un professionnel, d'avoir été suffisamment inspiré pour être cohérent avec son univers. Et, évidemment, mon plus beau souvenir est mon intervention sur le tournage de « Stranger in Moscow », les photos que j'en ai tiré, cette impression d'avoir été protégé, valorisé et apprécié par l'artiste lui-même quand il a validé sous mes yeux la pochette du single. Mais pour être honnête, tout ca vient avec la nostalgie. Sur le moment on s'en rend pas bien compte, ça va tellement vite… Trop vite même… Il me manque. Terriblement.


Quelle a été votre première collaboration avec Sheila, pouvez vous nous expliquer votre rencontre avec l'artiste ?

J'ai gagné un concours de dessin dans un des numéros du Fan-Club New Era, vous le saviez-ça ? (rire) La rencontre professionnelle remonte au moment de la pochette de « Tendances ». Je m'occupais de la typographie. C'était très compliqué à l'époque (rire), le métier n'était pas encore ce qu'il est aujourd'hui.

Et je ne sais pas trop comment (parce que je ne l'ai pas particulièrement recherché) mais j'ai toujours eu des gens autour de moi qui se rendaient très actifs autour de sa carrière. Je pense à Christian Page, à Patrick Robert entre autres…

Puis les choses se sont mises en place au fur et à mesure, à force de la croiser, de la côtoyer… Et aujourd'hui, ce qui est bien avec elle, c'est qu'on peut ne pas se voir pendant 4 ans et quand ça revient, c'est comme si on s'était quitté la veille… Un autre tourbillon :-)



Vous avez photographié le programme du Cabaret Sauvage et celui de l'Olympia 2012, pouvez vous nous décrire l'ambiance d'une séance photo avec Sheila ? Sur vos clichés on sent une réelle complicité entre vous, n'est ce pas un peu déstabilisant de côtoyer l'artiste et la femme en parallèle ?

C'est tellement différent à chaque fois ;-) Le « truc » régulier avec moi je pense, c'est que je ne suis pas du tout directif. Et c'est loin d'être évident quand on met face à face un artisan qui ne sait que ce qu'il sait faire, et une artiste qui a 5 X 10 ans de collaboration et d'habitudes, avec bien souvent les plus grands photographes de la planète… Par conséquent, tout le monde a sa part d'improvisation au final. Il faut aussi dire que Yves est un chef d'orchestre incroyable. Je lui dois beaucoup aussi.

Par exemple, pour « Solide », le mot d'ordre était : pas de studio. Du coup, j'ai essayé depuis 1 an de faire des portraits les plus vivants possibles, d'être là à guetter, voler des instants, sur des tournages, des répétitions… On a « posé » un peu plus les choses pour le programme de l'Olympia. Mais on a eu 4 heures, la salle, 5 tenues différentes, et juste une poursuite. Moi je faisais ma prise de vue en balcon. Je pouvais encore moins la diriger, lui envoyer aucune indication, vu qu'elle ne m'entendait absolument pas (rire). Et du coup la prise de vue a été un peu douloureuse mais le résultat est assez vivant je trouve. Bien plus que si on avait été en studio. Voilà ce que j'aime par dessus tout. C'est une collaboration, des associations d'idées, d'envies. Et je pense que c'est grâce à ça qu'on sent si souvent la complicité. A moi d'être suffisamment à la hauteur pour les interpréter au mieux…

Quand à la question de la femme/artiste, je ne me la pose pas… Ca m'a toujours intrigué d'ailleurs ce questionnement sur la duplicité Anny/Sheila. Elles sont intimement liées, aussi vrai que Boulmé l'est avec le « fan ». Et alors ? Il suffit juste d'être soi, de s'oublier un peu et elle vous dirait probablement qu'on fait « un joli voyage » ;-) Il y a des choses que j'aime, d'autres pas.

Mais c'est pareil avec mon travail. Et elle ne m'appartient pas. Demain, un autre photographe prend ma place, ça ne posera aucun problème. Et ça ne changera rien à notre vécu. En fait, la seule chose que j'ai envie de vous dire de très intime c'est qu'elle a toujours été là. Sans calcul. Que je sois alité à l'hôpital ou que j'organise ma première exposition… Est-ce qu'elle l'a fait en Sheila ou en Anny ? « On s'en fout » (rire).



Sheila à l'exposition de photos de Christophe Boulmé
photographiée par Bozeanne Davis



Que pouvez vous nous dire sur vos futurs projets ? et pour conclure quels sont vos souhaits pour l'avenir ?

Fidèle à moi-même : je ne calcule rien. Dans l'immédiat, je rêve d'avoir suffisamment d'espace pour élever des bébés shibas ;-)

Merci à Christophe.

The Treiz et Lefantomedunet

 

 

Visitez le site de Christophe Boulmé et son blog ici

 

 

 

 



Photographiée par Christophe Boulmé avec un boitier Sony Alpha 77 - Objectif Minolta

Solide

Disponible dans tous les points de ventes habituels

commande du CD+DVD sur Amazon ici / commande du CD sur Amazon ici

commande du CD+DVD sur Fnac.com ici / commande du CD sur Fnac.com ici

commande du 33 tours vinyle sur Amazon ici et sur Fnac.com ici

La version collector édition limitée à 1000 exemplaires est en commande sur Sheilahome depuis le 9 novembre ici




1.Pour sauver l'amour 3:45 2. Je pardonnerai 5:38 3. Si je chante encore 3:37 4. Une arrière saison 3:35 5. On s'en fout 4:28
6
. Et je me passe 3:53 7. La même histoire 3:12 8. Pour un bout d'chemin 3:19 9. Mon Eldorado 4:19 10. J'avais envie de vous revoir 4:10

DVD du digibook Sheila Solide : 1. Entretien Sheila 22:32 2. Sheila Pour Sauver l'Amour (mini clip) 03:45 3. Sheila Je Pardonnerai (mini clip) 05:38 4. Sheila Je Chante Encore (mini clip) 03:38 5. Sheila Une Arrière Saison (mini clip) 03:36 / 79:05 Total (Album + DVD)

 


 

Pour Sauver l'Amour : Disponible en téléchargement


Amazon ici / Virgin Mega ici / I tunes ici

Photographiée par Christophe Boulmé avec un boitier Sony Alpha 77 - Objectif Minolta

 

 



Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews - Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site