Sheila, le symbole de toute une génération

Sheila a été le symbole de toute une génération, commencé au début des années 60 où elle représente celui des Yéyés, nom emprunté au fameux "Yeah - Yeah" et où il était coutume de reprendre des titres américains adaptés en français, il se poursuit dans les années 70 avec ces fameuses années bubble gum empruntées au célèbre "Malabar" et ses grosses bulles gonflées à bloc. Comme notre Sheila d'ailleurs, énergique, sucrée, aromatisée aux paillettes avec un parfum en noir et blanc et en couleurs.

Qui ne se souvient pas des classements "Hit Parade" dans la presse pour jeune de l'époque ou à la radio, qui n'a pas fredonné ces hits dont les paroles s'inscrivaient comme une aubaine entre un poster, des photos et un article "Waou" !

Qui n'a pas rêvé devant les murs de sa chambre, sur sa hifi, sur la radio vers la route de nos vacances ou bien même dans la cuisine d'une voisine.

Sheila a enchanté cette décennie et a laissé une empreinte indélébile, et c'est au tour de Sheila - Le fil de notre histoire de marquer le coup comme un gros Chewing Gum rose pour faire éclater la bulle de rêve Super Flip !

Hit Parade - Posters - Mags - Monde - Collectors - Compiles - Télés... Une rétrospective en image "Love & Fun" pour le plaisir de retourner le temps d'une lecture vers nos rêveries d'adolescents... Et que l'on soit nostalgique ou pas, ça fait quand même un bien fou !

 




Sheila reine des Hit-parade, c'est la réalité pendant 20 ans, que ce soit le classement Europe 1 par le biais du magazine "Salut les copains" (presse et radio) ou le classement RTL, elle est toujours dans les premières places. Et que l'on ne parle pas de copinage, les ventes de ses disques attestent bien que si Sheila fut si souvent juchée au sommet de ces hits, c'est qu'elle le méritait et était la chanteuse la plus populaire de France. Dès 1972 le Hit parade RTL présenté par André Torrent connaît un grand succès, les auditeurs votaient pour leur titre préféré, puis il y eut la version TV sur RTL tv... Chaque magazine eut son hit personnel, ce qui était certainement peu fiable mais toujours en rapport avec ce qui marchait. En 84, le top 50 arrive... (Extrait de Sheila de A à Z par Olivier)



Titres
Meilleur classement
Classements
Julietta
2 SLC 2 . 15
Ma vie à t'aimer 8 SLC 8 . 17 . 19 . 24
Reviens je t'aime 5 SLC 10 . 6 . 5 . 19 . 23
Les rois Mages 1 SLC 13 . 2 . 1 . 3 . 11 . 16
Blancs, jaunes, rouges, noirs 4 Hit RTL - SLC 10 . 4
J'adore 9 SLC 13 - 9
Le mari de mama 6 SLC 17 . 15 . 6
Poupée de porcelaine 1 SLC 17 . 9 . 4 . 1
Les gondoles à Venise 1 SLC 4 . 1 . 6 . 24
Adam et Eve 7 SLC 15 . 7 . 12 / Hit RTL 10 . 16
Mélancolie 3 SLC 4 . 3 / Hit RTL 29 . 3 . 19
Le couple 1 SLC 13 . 2 . 1
Tu es le soleil 3 SLC 9 . 3 . 14
Ne fais pas tanguer le bateau 2 SLC 19 . 2 . 10 . 19
C'est le coeur 1 HIT/SLC 6 . 1
Aimer avant de mourir 3 HIT/SLC 5 . 3 . 8 . 8 . 5 . 10 . 23 - Hit RTL 9 . 7
Quel tempérament de feu 1 SLC 10 . 3 . 1 . 4 . 16
Un prince en exil 1 SLC 13 . 1
Patrick mon chéri 1 SLC 1
Les femmes 7 SLC 15 . 7 . 17
L'amour qui brûle en moi 17 Hit RTL 25 . 17 . 24 . 24
L'arche de Noé 1 Hit RTL 16 . 9 . 1 . 21
Love me baby 1 Hit RTL 1
Singin'in the rain 1 Hit RTL 1
I don't need a doctor 1 Hit RTL 1
You light my fire 27 Hit RTL 27
Kennedy Airport 1 Hit RTL 13 . 1
Seven lonely days 6 Hit RTL 16 . 11 . 6 . 10
No, no, no, no Classé au Hit des Clubs RTL Dans les 30 premières places au Hit Des Club RTL
Spacer 1 RTL 1

 

 

Love me baby
05 novembre 1977
Entre dans les charts aux Pays-Bas. (Classé 24e)
07 novembre1977
Entre au hit-parade allemand.
15 décembre1977
N°9 en Allemagne (classé durant 18 semaines)
28 janvier 1978
N°3 des ventes en Italie
31 décembre 1978
32e meilleure vente de l'année en Italie

Singin' in the rain
24 décembre 1977
N°3 aux Pays-Bas
30 janvier 1978
Entre au hit-parade allemand.
17 février 1978
N°11 en Afrique du Sud
23 février 1978
N°6 en Allemagne (classé durant 20 semaines)
11 mars 1978
Sheila pénètre les hit-parades britanniques.
18 mars 1978
N°3 des ventes en Italie
21 mars 1978
N°5 en Finlande et n°14 avec l'album
22 avril 1978
N°11 au Royaune-Uni (classé durant 13 semaines)
30 avril 1978
N°17 au Japon (Je n'ai qu'un classement. Est-ce le seul ?)
N°9 au Royaune-Uni (classement New Musical Express)
02 juin 1978
N°2 des ventes en Suède (classé durant 20 semaines)
L'album y est classé n°8.
10 juillet 1978
N°23 en Australie (classé durant 19 semaines)
07 août 1978
L'album se classe en Australie durant 13 semaines.
31 décembre 1978
19e meilleure vente de l'année au Danemark
22e meilleure vente de l'année en Belgique
25e meilleure vente de l'année en Italie

You light my fire
22 juillet 1978
N°44 au Royaume-Uni (classé durant 6 semaines)
27 juillet 1978
N°13 en Irlande
07 août 1978
N°36 en Allemagne
03 janvier 1979
N°4 des ventes d'album en Italie (classé durant 20 semaines)

Seven lonely days
16 avril 1979
N°42 en Allemagne
09 juin 1979
N°16 des ventes en Suède

Spacer
01 novembre 1979
Entre dans les hits disco aux USA.
17 novembre 1979
Entre aux pays bas. (meilleure place : 19e)
04 novembre 1979
Entre à son tour dans les hits au Royaume-Uni. S'y classe n°18. (classé durant 14 semaines)
14 décembre 1979
N°1 en Suède sur radio Stockholm
27 janvier 1980
N°8 en Irlande
10 mars 1980
Entre au hit-parade en Allemagne.
27 mars 1980
N°9 en Allemagne (classé durant 20 semaines)
10 mai 1980
N°19 en Afrique du Sud
Entre dans les hit-parades aux USA. (87e)
17 mai 1980
Entre aux USA dans les charts Soul et Black Music. (meilleur classement : 28e et 5e ?)
17 mai 1980
N°5 des ventes en Italie (classé 18 semaines dans le top 10 et 6 mois dans le hit-parade)
30 juin1980
Entre au hit-parade en Australie. (2 semaines seulement)
31 décembre 1980
16e meilleure vente de l'année en Italie pour l'année 1980
31 mai 1998
N°14 en Suède sur hit FM 94,2 Stockholm

Your love is good
01 juin 1980
Entre dans les charts disco aux USA. (classé durant 6 semaines)

Little Darlin'
05 décembre 1981
N°49 aux USA (classement Billboard)
16 janvier 1982
N°62 aux USA (classement du Cash Box)

N° 50 au Hot 100


 

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash




Qui dit "Reine du disco" dit forcément paillettes, mais Sheila n'a pas attendu son sacre pour nous offrir de belles combinaisons pailletées, c'est avec "Les rois mages" qu'arrivèrent les premières, discrètes au début pour la couvrir entièrement pour "Le mari de mama" et ensuite "Tu es le soleil", "Quel tempérament de feu" avant de passer au sexy short passé à la postérité pour "Love me baby", "Singin' in the rain", le body pailleté de "Seven lonely days" sera l'un des derniers costumes à paillettes en 1979. On a ensuite revu Sheila quelquefois avec un bustier orné de quelques paillettes plus discrètes (Gloria pour le Champs Elysées de 1982). En 1985, après avoir assisté au concert de Diana Ross à Bercy, elle déclare avoir beaucoup aimé mais qu'il y avait trop de paillettes à son goût, inutile de dire que les années 80 ont sonné le glas de la paillette pour notre ex reine du disco... 1998 nous l'a vu revenir à l'Olympia avec un superbe S pailleté au dos de sa tenue d'entrée pour la seconde partie, étonnant non ? (Extrait de Sheila de A à Z par Olivier)

 


 


Gros dossier que celui de la presse concernant Sheila, ne dit-on pas qu'elle est la chanteuse ayant fait couler le plus d'encre ? et pas de la meilleure... Elle avoue elle même dans "Vivre mieux" une des chansons préférées "J'ai toute une vie sur papier journal"... Sa 1ère couverture fut "TV france" en 62, ayant basé sa carrière pendant plus de 20 ans sur la télé, il est logique que les hebdos tv la mirent souvent en Une, ainsi que la presse des jeunes comme "Hit" "Podium" "Stéphanie" "Melle Age Tendre"... puis comme finalement tous les artistes, elle fit au moins l'objet d'un article dans chaque journal existant, qu'ils soient de tous bords confondus. Ainsi, de la presse féminine, à la presse ado en passant par celle à scandales, impossible de ne pas savoir qui était et qui est encore Sheila... "La presse" dira Sheila "M'a fait un mal fou", on sait que c'est "France dimanche" qui lança la rumeur, reprise par d'autres journaux. Bien plus tard, d'autres journaux comme "Télérama", "Le nouvel observateur" ou encore "Libé" s'intéressèrent à Sheila de façon différente lors de son changement de cap au début des années 80, des journaux comme "Rock" lui consacrèrent un article "Sont fous z'ont mis Sheila dans Rock ! " mais avec un article sérieux. Sheila n'est pas dupe lorsqu'elle se plaint d'avoir encore fait la Une de journaux à scandales, elle dit : "Après tout, c'est que je fais encore vendre du papier" Imparable... (Extrait de Sheila de A à Z par Olivier)

 

 


Du Mexique au Canada, du Japon en Allemagne, Sheila est présente "discographiquement" parlant dans beaucoup de pays dans le monde comme en témoigne les supports internationaux riches. Cela montre l'ampleur et l'étendu du succès de Sheila. Elle a même chanté en plusieurs langues dont l'allemand, l'espagnol et l'italien, sans oublier bien sûr l'anglais. C'est pendant sa période disco qu'elle voyagera dans toute l'Europe et c'est vers la fin des années 70 que s'ouvriront, à elle, les portes des États Unis d'Amérique.



 


Ha ! le sacre du fan, le collector ! Il y en a qui ne collectionnent que les disques et il y a de quoi faire avec Sheila, des vinyles aux K7 en passant par les CD's collector et autres supports édités pour attiser notre soif de posséder à tout prix. Et puis il y a ceux qui collectionnent que la presse, je me refais le film à ma façon, je scanne, je relis, je me délecte des images et bien sûr j'entasse des piles et des piles de pavé pour conserver sa vie sur papier journal. Sans oublier ses petits objets témoins d'une époque révolue, une clé en or même pas dorée à l'or fin, un talisman censé nous apporter le bonheur, ou la médaille que j'affiche fièrement...



 




Dans les 60's chaque  année sortait la compile des Ep de l'année, puis en 70 il y eut les albums, tout en sortant régulièrement des "best of", sans oublier les compiles multi artistes Philips puis Carrère... Des collections qui réunissent tous les hits de Sheila mais aussi souvent les titres périphériques. "Fontana" "Rétrospective" "Disque d'or" "Collection Double Album"... Et le coffret "50 chansons - 13 ans de succès - une Star" : A quelle époque !

 

 


Du noir et blanc à la couleur, Sheila est la reine incontestée de la Télé, son producteur a d'ailleurs basé sa carrière pendant toute cette décennie sur ce média. Invitée dans la plupart des Shows de ces "camarades", il aura fallu attendre les années 80 pour que Sheila ait le sien. Mais rien a empêché de la voir resplendissante sous les projecteurs. Duos, promos, shows... Elle illumine le petit écran.

Sheila doit beaucoup à la télévision, un sondage de "Télés dimanche" en 1994 la plaçait en 3ème position des chanteurs ayant le plus "abusé" du petit écran derrière Johnny et Dalida. Il faut dire qu'après sa 1ère expérience de scène, Claude Carrère a pris peur et a décidé de ne plus se consacrer qu'au disque et dans cette optique de beaucoup user de cet outil qui allait de plus en plus se démocratiser. L'on vit donc Sheila d'années en années grandir sous les yeux des téléspectateurs et ainsi devenir une amie de la "famille" au détriment d'une carrière scénique qu'elle était en droit d'éxiger. Beaucoup trop de Danièle Gilbert et Guy Lux pour pas assez d'émissions plus exigeantes comme les Carpentier que Sheila voulait faire en vedette et qui lui fut toujours refusée, on peut par contre s'étonner du choix de Carrère, déjà privés de Sheila sur scène, il nous l'a privé de shows télévisés !

Et il a fallu se contenter de duos et de simple invitée (souvent, certes) et lorsqu'on lui posait la question, Sheila répondait qu'elle manquait de temps ! Aujourd'hui d'ailleurs, Sheila confie que c'est son seul regret, de ne pas s'être montrée plus ferme... La télé a toujours gardé ses portes ouvertes à Sheila, les dernières émissions en date le prouve, le 10 janvier 2003 un moment d'émotion à "Stars à domicile", plus tard "Star academy" "Vivement dimanche" et "Danse avec les stars" en 2011. En bref, les autres grands moments télé : les "Palmarès" et "Télé dimanche" des années 60-70, de même que les coups de chapeau chez Guy Lux de ces mêmes décennies, le "Droit de réponse" 81, "Avis de recherche" 80, "Formule 1" 84, "Grandeur nature" 85, "Concert accoustique" 02, les "Champs Elysées" des années 80, "Music star" 92, "40 ans" par Drucker 02... (Extrait de Sheila de A à Z par Olivier)

 

   
   

 

Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews - Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site