Love Me Baby - Singin'in The Rain - CARRERE 67.187 - 33 tours - Stéréo
Morgan Studio & Air Studio / Co. Be Studio à Londres & Studio C.B.E à Paris



Cette page est traduite en langue anglaise pour notre public internationnal



Projet tenu secret, Sheila, Freddy, Arthur et Dany enregistrent le titre qui sans le savoir va contribuer à exporter le disco à l'international et propulser le groupe dans une ascension fulgurante. L'histoire dit qu'une maquette est arrivée sur le bureau de Claude Carrère, pas par hasard, et qu'il veut la chanson pour Sheila mais en changeant certaines paroles du texte. L'auteure Pamela Forrest l'aurait écrite pour une chanteuse américaine. C'est alors qu'au printemps 1977 sort le single "Love Me Baby", sous le pseudonyme de S.B.Devotion.

L'album n'est pas encore dans les bacs et tout le monde se pose la question de savoir qui est ce groupe mystérieux qui chante. Les fans de la chanteuse auraient reconnu sa voix à la radio sur RTL et c'est lors d'une émission de Guy Lux "Un taxi dans Rome" que le pot aux roses fût découvert, où la scénographie fût étudiée de façon à entretenir le mystère jusqu'au bout.

Enregistré à Londres aux Morgan Studio & Air Studio / Co. Be Studio, par les musiciens ; la voix de Sheila fût quand à elle enregistrée au Studio C.B.E à Paris par Bernard Estardy.

Sheila n'est pas la seule a avoir caché son pseudonyme, les auteurs sous les directives du producteur, ont pris des noms différents, il fallait que ça sonne anglais. C'est ainsi que Claude Carrère devient Paul Racer, Mat Camisson est Mike Wickfield et Copperman, Gilbert Chemouny.

Remettons-nous dans l'époque un instant, Sheila chante alors "L'arche de Noé" un titre très populaire destiné à la famile et aux enfants. Tout le monde est loin de se douter que la chrysalide va se transformer en libellule. Claude Carrère ré-invente Sheila en reine du disco qui va faire danser toute l'Europe... Mais nous ne le savions pas encore !

Le short rose et le T. shirt coupés sont devenus ses principaux atouts dans le visuel, associés à des chorégraphies bien huilées, les cheveux tirés en queue de cheval, la taille dénudée, quelques 30 années plus tard, Sheila a inspiré les futures générations de chanteuses en herbe, et de grands créateurs qui ont repris la mode liée à ces années là.

Pour soupoudrer le tout de réalisme, Claude va créer le groupe S. B. Devotion, avec 3 "danseurs exotiques" pour mener la danse et qui va rapidement devenir Sheila B. Bevotion. Quand on y repense, elle est une des pionnières à avoir dansé en tant que chanteuse française avec 3 "Blacks". Sheila avouera plus tard avoir entendu beaucoup de réflexions déplacées et inconsciemment elle contribuera à lutter contre le racisme comme elle l'avait chanté quelques années auparavant dans sa chanson "Blancs, jaunes, rouges, noirs". La bombe disco est en marche, après "Love me baby", c'est au tour de "Singin'in the rain" de prendre la relève, réadapter à la sauce disco un des standards américains de l'âge d'or du cinéma, fallait oser !

Tout se passe bien, les télévisions invitent Sheila B. Devotion, le titre pénètre les hits parades de l'Europe entière même le fameux "Top of the pop" britannique. L'album se vend bien, on estime à un peu plus de 100 000 copies en France.

Entre temps se tourne le film "Hôtel de la plage" et Sheila est choisie pour illustrer la Bande Originale sur un titre du même nom que le film. C'est "Beverly Hills" de la côte bretonne. Le film marche très bien et on les retrouve à table tous ensemble dans les bonus du DVD. Sort alors le 45 tours avec en face B "I don't need a doctor". Sheila alterne la promo sur les deux titres en télés françaises.

Vient ensuite en 1978, sans doute le plus apprécié de cette période disco, sûrement grâce à sa chorégraphie d'enfer, ses tenues hyper sexy dont la combinaision rouge flamme, et Sheila en super forme vocalement. "You light my fire" est innovant, il associe une tonitruante rythmique Disco à la basse sur de puissants accords claquants qui n'auraient pas été déplacés sur un disque des "Bad Company", groupe de hard rock britannique. Un bref coup d'œil, aussi, du côté des "Spencer Davis Group" avec leur "Keep on running". Une vraie surprise très réussie qui se classe tout de même pendant 6 semaines au hit parade anglo-saxon.

Une petite parenthèse, alors que nos "Black Devotion" qui font une pause et sortiront plus tard un titre "High feeling" sous le nom de "Trinita" où Sheila dansera en retrait lors d'une prestation dans une émission chez Guy Lux, elle revient à la chanson française avec "Kennedy Airport". Le titre a la couleur et la texture d'une production américaine avec une pochette aux accents du soleil de Californie et un titre évoquant le rêve et la grandeur de l'Amérique. Et pourtant, c'est une production bien de chez nous co-écrite par Toto Cutugno qui restera classée dans les hits français en 1ère place, les télés seront nombreuses. Sheila est donc seule pour assurer la promotion.

Toujours pour nous surprendre, revoilà notre Sheila avec un morceau particulier, d'abord parce qu'il marque le retour du groupe avec une pause pour nos trois amis danseurs, remplacés par trois superbes choristes dont la mère de "Mia Frye". Ensuite, parce qu'il reprend une vieille partition anglo-saxonne datant de 1953 en version actualisée classique. "Seven lonely days" ne décolle pas vraiment, probablement que le single a besoin d'un souffle nouveau, d'où l'idée d'un ré-enregistrement remixé à la "Knock on wood" d'Amii Stewart. Pour couronner le tout est édité un maxi 45 tours "Picture" avec la mention "New American Recording".

Tout cela s'essoufle, "Seven lonely days" ne fait pas un tabac et le titre suivant sortira sous le nom de S. B. Devotion comme au debut de l'histoire. Eté 79, "No, no, no, no" aurait du faire parti d'un album en préparation très disco, destiné pour les discothèques, il est largement diffusé, les DJ's ajoutent le vinyle à leurs programmations, la France dance floor en raffole, si bien que le titre se classe en bonne position tout l'été dans les hits des clubs.

Mais il est temps de se renouveler, aucune promo sur la chanson et pour cause, sans le deviner se peaufine l'album "King of the World" avec le smash hit "Spacer"... On vous raconte la suite sur la 2ème période américaine from NYC.


Seconde édition - Singin'in the rain




Track Listing et écoute

 

Face A

Love me baby
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'40

Shake me
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 4'45

Kiss me sweetie
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 7'00


Face B 

Singin'in the rain
(Nacio Hard Brown - Arthur Freed) 7'13

I like it - Soft silver
(M. Wickfield - P. Racer)

I don't need a doctor
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'50

Move it
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'45

Instrumental S. B.
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'40

 

Les versions Longues éditées en maxi 45 tours

I Don't Need A Doctor (4'54)
Love me baby (6'00)
Shake Me (7'06)

 

 

Ecoute


Ecoutez des extraits de l'album limités à 30 secondes par morceau ou en entier avec un compte Deezer

 
Pour entendre les titres disponibles en écoute, utlisez les commandes du player - Si vous n'avez pas de compte Deezer l'écoute est limitée à 30 secondes par chanson, à cet effet une fenêtre s'ouvrira et à l'issue de ces 30 secondes vous aurez le choix de vous connecter à votre compte ou bien fermer la fenêtre "Pop Up" en cliquant sur la croix sur la droite en haut et ainsi vous pourrez continuer votre lecture....


Crédits de l'album

 

Les musiciens : Batterie & Percussions : Barry De Souza - Cordes : Martin Ford Orchestra - Guitares : Guitar Slim & The Devil Machine - Direction des Cordes et Cuivres : David Katz - Basse : Bruce Lynch - Cuivres : Frank Pert

Arrangements Musicaux : Claude Carrère dit Paul Racer et Mathias Camison (Mat Camison) dit Mike Wickfield

Enregistrement & Mixage des Musiciens : Morgan Studio & Air Studio à Londres en Angleterre par Lindsay Kidd et Mike Stavrou

Mixage des cordes & cuivres : Co. Be Studio à Londres en Angleterre par Michael J. Dutton dit Mike Dutton et Mike Freeguard "The Tea Boys"


Mixage des Musiciens : Co. Be Studio à Londres en Angleterre par Lloyd Subway, assisté de Nigel Green et Steve Churchyard

Enregistrement & Mixage de Sheila & B. Devotion : Studio C.B.E "Studio B du 1er Etage" à Paris 18è par Bernard Estardy

 

Les supports de l'album


La cassette

 

La cartouche 8 pistes

 

Le Compact Disc
2 éditions en 1996 et 2006

 

Le Picture Disc édition 2016

 


 

45 tours extraits de l'album

 

 

Love me baby
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'37

Version instrumentale
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'37

Edité en maxi 45 tours - Import version longue - Maxi pochette rose pour les discothèques

 

Singin'in the rain (Part 1)
(Nacio Hard Brown - Arthur Freed)

Singin'in the rain (Part 2)
(Nacio Hard Brown - Arthur Freed)

Edité en maxi 45 tours avec "Shake me" en version longue en face B

 

I don't need a doctor
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 3'50

Hôtel de la plage
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 4'31

Edité en maxi 45 tours avec "I don't need a doctor" en version longue et "Kiss me sweetie" à la place de "Hôtel de la plage" qui ne fait pas parti de l'album




Hors album

 



You light my fire
(M. Wickfield - P. Racer - P.Forest) 4'13

Gimme your loving
(M. Wickfield - P. Racer - P.Forest) 4'13

Edité en maxi 45 tours avec une version longue de "You light my fire"



Kennedy airport
(Toto Cutugno - C.Carrère-J. schmitt) 3'37



Seven lonely days
(E. Shuman - M. Brown)

Sheila come back
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 4'13

Edité en maxi 45 tours en version longue pour les deux titres



Seven lonely days "New american recording"
(E. Shuman - M. Brown)

Sheila come back
(M. Wickfield - P. Racer - P. Forest - Copperman) 4'13

 

Edité en maxi 45 tours et maxi picture disc en version longue pour les deux titres

 




No, no, no, no
(P. Honeyman - P. Racer - F. Ivy) 4'13


Tender silence of the night
(P. Racer - M. Wickfield - P. Forest - P. Racer) 4'13


Edité en maxi 45 tours 3 titres avec "No, no, no, no" en version longue et en plus
:

Sunshine week end
(P. Racer - Matt Camison - P.Forest)


Splash in the rain


Le groupe est composé d'Annie Chancel, Arthur Wilkins, Freddy Strachman, Dany Mac Farlane et du producteur Claude Carrère


Sheila réinvente le short à paillettes

En 1977 le choc ! Une Sheila comme on ne l'avait jamais vu. Dévoilant une plastique irréprochable et de rêve, souriante, dansante, désirable ... Passer de "L'arche De Noé" à "Love Me Baby" n'était pas une gageure facile, arriver à faire oublier l'image de multiples interprétations et facettes du personnage "Sheila", sans risquer de perdre d'une part son public et de toucher une autre clientèle sans "a priori"...

Le short et le T shirt coupés sont devenus ses principaux atouts dans le visuel, associés à une chorégraphie bien huilée, les cheveux tirés en queue de cheval, la taille dénudée, quelques 30 années plus tard, Sheila a inspiré les futures générations de chanteuses en herbe, et de grands créateurs qui ont repris la mode liée à ces années là.

Il restera dans la mémoire collective Française & Internationale, une Sheila, scintillante, heureuse et fière d'être libre et d'incarner la joie de vivre liée à une musique dansante, sur des rythmes up tempos "Le Disco" ... Le foulard à son genou droit signé Charles Jourdan, le t-shirt scintillant, et le short à paillettes fluo resteront l'emblème de toute une génération qui danse sur des chansons inoubliables.


I Like It - Soft Silver

I like It Soft Silver est le pont musical sur le titre "Singin'in the rain" d'une durée de 1'50 et qui permet à Claude Carrère et à Mat Camison de co-signer la chanson d'Arthur Freed & Nacio Herb Brown interprétée par Gene Kelly. Idée originale de reprendre à son compte ce morceau classique de l'âge d'or d'Hollywood, dans un tempo disco d'une durée de 7 minutes, le morceau avant mixage durait 11 minutes !

Ce fameux "I like it - Soft silver" crédité sur la chanson est en fait une création d'arrangeur fait par mat Camison et c'est surtout : "I'm dancing, I'm dancing, I like it X 2 fois… in the rain …. I'm singing, I'm singing, I like it X 2 fois… in the rain..." et non "I like it - Soft silver"...


Singin'in the whirring

Mais que s'est il donc passé lors de l'enregistrement de l'album "Love Me Baby" ? Nos oreilles attentives n'auraient elles pas remarqué ce bourdonnement redondant ? Cette panne d'électricité a t'elle marqué à jamais l'enregistrement de l'album ?

Il se raconte des histoires comme on en aime tant et celle ci est plutôt curieuse, lors des prises de son une panne d'électricité survient, c'est alors que les "arrangeurs" installent un groupe éléctrogène pour pallier à ce désagrément. Mais ça fait du bruit ! On murmure que ce bourdonnement est gravé sur le sillon et que certains cherchent encore à le découvrir...


Un tremplin vers les USA


A l'époque où le disco éclatait, nombre de chansons furent réadaptées au nouveau tempo à la mode et on se souvient très bien du "Light My Fire" d'Amii Stewart, le "Sunny" de Boney M, mais il y eu aussi beaucoup d'écritures originales.

Claude Carrère choisit la très populaire chanson du film musical américain "Singin' in the rain". Le pari est osé, certains disent que c'est une erreur, l'avenir lui donnera raison. Ce titre propulsera Sheila dans tous les Charts internationaux, les portes de l'Angleterre s'ouvriront ainsi que celles des Etats-Unis.

La suite nous la connaissons tous, Sheila rencontre Gene Kelly et bien plus tard se fait remarquer par le groupe Chic qui grâce à ce titre produira en 1979 un album 100% New Yorkais avec le Smash Hit "Spacer" classé au Billboard & Cash Box Américain.


I'm your baby doll

Alors qu'on attendait l'original d'une maquette circulant depuis de longues années "sous le manteau" et intitulé "Oh my Munich" sois disant enregistrée sur certaines cassettes audio, voilà qu'on nous sert dans cette intégrale 2006 tant attendue, un inédit bien caché depuis 1979 !

On savait que Sheila avant son épopée Chic avait commencé sans grand enthousiasme paraît-il un album dont furent issus les "Seven lonely days" ou autre "Sunshine week- end", ce titre en fait vraisemblablement parti. La mode étant de revisiter à la sauce disco les standards d'hier et là après le gigantesque "Singin'in the rain", s'attaquer à un vieux rock'n'roll et le plus mythique qui soit, à savoir "Be bop a lula", seule la reine du French disco pouvait se le permettre.

Les auteurs sont Mat Camison et Pamela Marrion Forrest, lors d'une interview Mat explique que pour "Be bop a Lula" il s'est rappelé ses débuts dans un groupe de rock et de rythm’n blues très célèbre.


Maxi 45 tours


"Love me baby" fut l'un des premiers maxis 45 tours de l'histoire du disque, le maxi français intègre la version album du titre et un import propose la version intégrale club de 6'00 - Le maxi français "Shake me" comprend contrairement à ce qui est inscrit sur le disque la version intégrale de 7'06 que l'on a cru pendant longtemps destinée à l'import uniquement. Jetez un coup d'oeil à la discographie du fil.


Promotion


"I don't need a doctor" sort en 45 tours dès février 78 avec "Hôtel de la plage" qui fait d'abord l'objet de la promo, la pochette est ensuite inversée dès le mois de mars. En fonction de l'édition la chanson se retrouve soit en face A ou en face B, le recto/verso sera aussi inversé.


George Hurrel

Né en 1904, ce célèbre photographe débute dans les années 20 et devient rapidement grâce à sa façon si particulière de "capter " les stars le photographe indispensable pour un "book" digne de ce nom, l'équivalent du studio Harcourt en France. De nombreuses stars se bousculent chez lui : Rita Hayworth, Bette Davis, James Dean, Marilyn Monroe, Robert Redfort pour les plus connus.

En 1978, Sheila s'offre une séance immortelle avec ce géant qui restitue des clichés somptueux de notre vedette qui vient s'ajouter à la galerie impressionnante de ce grand monsieur. Les magazines de l'époque publient quelques clichés, Sheila de plus en plus star au pays des stars ! Original, capricieux et maniaque, George Hurrel se sert depuis la glorieuse époque du muet d'un appareil "pré-historique" 10 x 8 noir et blanc. Pour Sheila, il a fait une entorse à ses habitudes en prenant des clichés couleurs. George Hurrel est décédé en 1992.

"George Hurel a d'abord longuement scruté mon visage puis il m'a entourée de "vieilles gamelles" iradiées d'une lumière irréelle et il a commencé à travailler. Sur le moment je n'ai pas bien comprise où il voulait en venir", explique Sheila. "A la fin de la séance j'étais complétement vidée".


Bikers


"You light my fire
" est le nouveau titre du groupe, au rythme toujours disco, des guitares électriques ont été ajoutées et une improvisation de Sheila à la fin du morceau font de cette chanson une belle réussite, moins marquante que les deux tubes précédents, Sheila B. Dévotion reprend la ronde des shows internationaux, mais Sheila ne s'en lasse pas. Après un passage remarqué dans la bande à Sardou au début de l'été, elle retrouve l'Espagne, l'Angleterre, bref toute l'Europe accueille le nouveau look de Sheila moulée dans une combinaison lamée  avec un mini short couleur or, les B Dévotion ont rangé dans leurs placards leurs tenues médicales et revêtu là aussi des combinaisons tout feu tout flamme, la chorégraphie est d'enfer.

Pour parfaire une image moderne, Sheila pose avec les célèbres "Hell's angels' qui parcourent la Californie à moto et vivent en bande. Sheila raconte qu'elle les a rencontrés par hasard alors qu'elle était tombée en panne près de Los Angeles et qu'ils l'ont secourue, en réalité, ces "Bikers" sont propriétaires d'un journal consacré à la moto et ont participé à un reportage autour de la Frenchie-girl

Mais toutes ces expériences donnent une nouvelle image de Sheila bien loin de la gentille fille sage qu'elle a toujours représenté. En France, on peut la voir danser au "Palace" de Fabrice  Emaer, le temple de la nuit disco où le tout venant pouvait croiser les stars nationales et mondiales… Cet été là, Sheila et Ringo ne le passeront pas ensemble, la chanteuse fêtera son trente quatrième anniversaire avec Ludovic.


Singin'in the rain

Le film de "Singin'in the rain" d'une prestation télé qui servira de support de clip est édité en super 8. L'album, quant à lui, sera édité en cassette 8 pistes.

Si "Love me baby" a bien fonctionné, "Singin'in the rain" sera un carton plein, qu'il soit décliné en 45 tours, maxi 45 tours, format 30 cm avec une version longue de la chanson. En France, le premier à sortir ce format fut Laurent Voulzy qui avec ses 11'45 minutes de "Rockollection"  lui correspondait tout à fait, le second maxi français fut "Love me baby" de Sheila, mais pas de version longue, il en existe une en Nouvelle Zélande ! Dix huit pays la hissent au sommet, elle monte jusqu'à la onzième place en Angleterre et peut ainsi faire le cultissime "Top of the pops" et ainsi être la première française à y participer, même si elle chante en anglais. Pour l'occasion, Sheila et les garçons apparaîtront en imperméables et parapluies, ce qu'ils ne présentent pas en France. On octroie à l'album, des ventes approchant les deux millions d'exemplaires, ce qui n'est pas étonnant, de part le nombre de pays où le disque est distribué et par la présence des artistes qui maintenant se déplacent, "Singin'in the rain" fut d'ailleurs le titre le plus connu de Sheila B. Dévotion et non "Spacer" comme beaucoup le croient.

L'album est même distribué jusqu'aux Etats-Unis par la firme disco Casablanca, celle de Donna Summer, et obtiendra une certaine audience sur la côte Est.


No, no, no, no


Dans l'intégrale sont inclus deux remix de "No,no,no,no", la chanson est utilisée en 2006 dans la bande originale du film "Poltergay"


B. Devotion


Sheila à la surprise de revoir Freddy Stracham une trentaine d'année plus à tard lors d'un concert donné au Théâtre Mazenod à Marseille le 22 novembre 2013. Arthur Wilkins, quant à lui, nous a quité et nous sommes sans nouvelles de Dany Mac Farlane.


You light my fire


Sheila a seduit 30.000 spectateurs Italiens à Vérone, gala exceptionnel auquel participaient Julio Iglésias et Patrick Juvet. Lorsque que Sheila, Dany, Freddy et Arthur apparaissent sur la scène, c'est un tonnerre d'applaudissements mélés à des "Bravo Sheila" pendant de longues minutes. Avant de quitter la scène, Sheila and B. devotion ont eu le privilège de recevoir "la coupe de Vérone", le fameux Trophée Juke-Box. Une fois de plus Sheila venait de remporter un succès retentissant.


Seven lonely days


C'est à notre connaissance le seul titre disco chanté en semi live (Live sur le play back) à la télévison chez Drucker. Sheila pour ce titre sera souvent habillée d'un maillot bain une pièce argenté telle une sirène avec des bottes assorties et renouvellera son lever de jambe légendaire de "You light my fire". Tenue qui apparaît sur la photo du disque "No,no,no,no". Une version alternative de "Seven" est incluse dans l'intégrale.



Classements internationaux



Distribution Mondiale tous supports

Afrique du Sud, Allemagne, Angleterre, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Danemark, Espagne, Finlande, Inde, Irlande, Israël, Italie, Japon, Mexique, Norvège, Nouvelle Zélande, Portugal, Suède, Thaïlande, Turquie, USA …



Love Me baby


05 novembre 1977 / Entre dans les Charts aux Pays-Bas (classé 24ème)

07 novembre1977 / Entre au hit-parade allemand

15 décembre1977 / N°9 en Allemagne (classé durant 18 semaines)

28 janvier 1978 / N°3 des ventes en Italie

31 décembre 1978 / 32ème meilleure vente de l'année en Italie


Singin' In The Rain

24 décembre 1977 / N°3 aux Pays-Bas

30 janvier 1978 / Entre au hit-parade allemand

17 février 1978 / N°11 en Afrique du Sud

23 février 1978 / N°6 en Allemagne

11 mars 1978 / Le titre pénètre les hit-parades britanniques

18 mars 1978 / N°3 des ventes en Italie

21 mars 1978 / N°5 en Finlande et n°14 avec l'album

22 avril 1978 / N°11 au Royaume-Uni (classé durant 13 semaines)

30 avril 1978 / N°17 au Japon et N°9 au Royaume-Uni (classement New Musical Express)

02 juin 1978 / N°2 des ventes en Suède (classé durant 20 semaines) L'album est classé n°8

10 juillet 1978 / 25ème meilleure vente de l'année en Italie et N°23 en Australie (classé durant 19 semaines)

07 août 1978 / L'album se classe en Australie durant 13 semaines

31 décembre 1978 / 19ème meilleure vente de l'année au Danemark et 22ème meilleure vente de l'année en Belgique



You light my fire

22 juillet 1978 / N°44 au Royaume-Uni (classé durant 6 semaines)

27 juillet 1978 / N°13 en Irlande

07 août 1978 / N°36 en Allemagne

03 janvier 1979 / N°4 des ventes d'album en Italie (classé durant 20 semaines)



Seven lonely days

16 avril 1979 / N°42 en Allemagne

09 juin 1979 / N°16 des ventes en Suède






Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews - Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site