La Tournée du Siècle - Le Zénith - Les Adieux à l'Olympia - Le Retour à l'Olympia - Concert unplugged - Les 40 ans de carrière à l'Olympia - Le Cabaret Sauvage - Les saisons 4 et 5 de la Tournée des Idoles - Les 5 x 10 ans de carrière à l'Olympia

 



Le Zénith – 1985





21 ans que j'attendais ça. Pas six mois, pas deux ans ! 21 années. Dur à imaginer de nos jours. Tous les artistes se produisaient sur scène sauf Sheila. Depuis plus de 20 ans elle était en permanence la cible des railleries des journalistes qui lui posaient la même question à chaque interview : "Alors Sheila et la scène ?" Et elle, de se dépatouiller en répondant que : "Oui, c’est prévu pour l’année prochaine"… Mais rien ne venait jamais.

Lors de sa première tournée en 63/64 j’étais trop petit pour aller la voir. Et puis vint le 12 mai 1984 : "Champs Elysées". Sheila est l’invitée vedette et elle annonce son spectacle au Zénith de Paris pour février 85. Je suis scotché ! Là, j’allais enfin me rattraper. Et tout s’enchaîne !

En novembre 1984 sort son album "Je suis comme toi", éxcellentes critiques dans toute la presse. Son look se modifie lors de sa rencontre avec un nouveau styliste qui "monte" : Jean-Paul Gaultier. Le 1er janvier 1985, Antenne 2, pas encore France 2, avec la participation de l’Ina et du Ministère de la culture propose à 17h "Grandeur Nature". Une émission concept où un styliste branché transforme une idole de la chanson trop marquée par son personnage, en créant un magnifique clip vidéo pour la chanson "Emmenez moi".

C’est aussi un portrait de Sheila décalé avec une interview à cœur ouvert qui fit une audience remarquable. Pour la petite histoire, c’est en voyant cette émission que Raoul Ruiz, le cinéaste chilien engagé de l’Unité Populaire sous le Gouvernement Allende, la repère, et lui propose de jouer dans son prochain film "L'île au Trésor", avec Anna Karina, Jean-Pierre Léaud et Melvil Poupaud.

Ente le 9 et le 22 février 1985, la température descend sur la France avec des moins 8 à moins 18. Le dollar est à 10,57 francs soit 1,524 euro de maintenant. Il bât tous les records. La monnaie unique, le nom proposé à l’époque étant plutôt l’écu que l’euro, n’est qu’une vague idée. Une grande campagne d’affiches "Sheila au Zénith" envahit les rues de Paris, les arrières des bus et les couloirs du métro.

Le samedi 2 février 1985, Sheila montait sur la scène du Zénith pour la première fois pour chanter "Mon p’tit loup" en duo avec Johnny lors de sa dernière et pour Johnny, quelle surprise quand il la vit arriver sur scène à côté de lui ! L’extrait fut diffusé plusieurs fois sur Canal plus. Jacqueline Cartier fit une page entière dans France soir le lundi suivant "7000 fans survoltés dans la salle" ! Belmondo, Eddy Mitchell, France Gall, Jack Lang étaient présents.



Et nous voilà le vendredi 22 février. J’étais de plus en plus fébrile comme si c’était moi qui devait chanter au Zénith. En fait j’avais le trac pour elle. J’avais plusieurs fois rêvé que j’étais l’unique spectateur dans la salle. Ce jour là j’étais heureusement en congés et pour tuer le temps je suis allé l’après midi au cinéma voir "la déchirure".

A 19h de retour chez moi, je me suis branché sur Canal Plus, la nouvelle chaîne privée qui n’avait pas six mois d’existence. Une émission "en clair", nouveau concept aussi, puisque la chaîne était payante et donc cryptée, diffusait "Tous en scène" présentée par PPDA avec un long reportage sur les répétitions de Sheila au Zénith. Je ne tenais plus. Avec les copains on a sauté dans la voiture, et de la porte Maillot où j’habitais, au Zénith, on pensait mettre 15 minutes par le périphérique.

A mesure que l’on approchait de la Porte de Pantin, la circulation se bloquait. Un embouteillage monstre qui se renouvellera le lundi suivant, jour officiel de la Première avec tout le gratin du Showbiz. Une pagaille monstre sur le parking du Zénith pour essayer de se garer. Et puis tous les gens qui débouchaient par grappes du métro qui se dirigeaient en chantant vers cette drôle de bulle grise avec ses lettres rouges.

Je me souviens avoir entendu les gens qui s’apostrophaient entre eux : "vous allez voir Sheila ?". Tout le monde était heureux. Je ne les avais jamais vu les fans de Sheila. J’étais curieux de voir à quoi ressemblait ce public. Des jeunes, des vieux, des familles. Moi j’étais dans les jeunes en 1985 !

Je n’ai jamais dépensé autant d’argent dans la presse qu’à cette époque. 4 Pages dans "Numéro 1", 4 pages dans "Jours de France", 3 pages dans "Elle", 2 pages dans "Télé 7 jours",1 page dans "Gai pied", 2 pages dans "Télé Star", la Une de "France Soir", de nouveau 8 pages dans le magazine "Numéro 1", 2 pages dans "Samouraï", une autre Une dans "France soir", 2 nouvelles pages dans "Jours de France", 4 pages dans "Télé Poche", encore la Une de "France Soir", de nouveau 4 pages dans "Jours de France", une page entière dans le "Journal du Dimanche", une page entière dans le "Figaro" : format gigantesque pour l’époque, presque impossible à ouvrir dans le métro, double page dans "France soir", deux pages dans le "Matin de Paris", une page dans "Libération", deux pages dans "Confidences", deux pages dans "L’événement du jeudi", une page entière dans "L’humanité". Je ne peux pas tout citer. Ça n’en finissait pas sans compter les nombreux entrefilets dans toute la presse de province.



La promo radio et télé fut également très intense. Sheila ne ménagera pas ses efforts. Pas moins de 41 passages télé entre le 12 mai 1984 et le 18 mars 1985 dans toutes les plus grandes émissions.

Le zénith était comble ce vendredi 22 février. Le spectacle était sponsorisé par Europe 1 et une nouvelle radio FM appelée 95.2. Il y avait aussi beaucoup de gens qui avaient dans la main des invitations gratuites offertes par ces deux stations dans l’après-midi. Il semblait un peu difficile dès le premier jour de faire une salle comble. Le prix des places allait de 70 F (10,67 euros) à 160 F (24,39 euros). Je n’en pouvais plus d’attendre.

Et la lumière s’éteignit. Elle a 39 ans et elle apparaît seule dans son trench de soie noire cintré à la taille, fragile avec une voix puissante et chaude. Sans artifice, sans les effets spéciaux que de multiples artistes utilisent pour des entrées en scène fracassantes afin de masquer le manque de talent, de voix... Elle était là, seule en scène, chantant "Vivre mieux… un nouveau jour se lève"... Puis un coup de pétard fait sursauter la salle.

Le rideau de scène tombe derrière elle, comme un kabuki dans le Théâtre No japonais découvrant le décor. 8 Tours de 10 mètres de haut avec au pied des tours un orchestre de 11 musiciens et 3 choristes. Sheila est en collant noir et spencer rouge. Les chansons se suivent et moi je suis suspendu dans le vide. Pendant "le film à l’envers", la mise en scène prévoyait une disparition de la chanteuse.

En fait elle grimpait au sommet d’une des tours en chantant sa chanson, puis elle disparaissait pour réapparaître une seconde plus tard complètement à gauche, 27 mètres plus loin. Effet réussi sauf que pendant son déplacement en coulisse derrière les praticables, elle ne vit pas une poutre qui traînait sur son chemin et s’assomma violemment. Il lui fallu quelques secondes pour reprendre ses esprits et continuer son tour de chant.



Le spectacle ce soir là a été retransmis en direct sur l’antenne d’Europe 1, avec les commentaires élogieux du reporter. Nous, nous étions dans la salle et quand l’heure du pot pourri arriva avant la fin de la première partie, on ne disait pas trop medley encore, on s’est mis à danser comme des malades et à chanter à tue-tête toutes les chansons que nous connaissions par coeur.

Si bien que pendant l’entracte une dame qui était installée un peu plus loin derrière moi est carrément venue m’engueuler car je l’avais sans doute un peu dérangée. Je m’entends encore lui répondre que ça faisait 21 ans que j’attendais ça et que rien ne m’enlèverait ma joie de voir Sheila sur scène.

Tout fini par un éclat de rire. L’entracte passa en échange de commentaires, tous plus élogieux les uns que les autres Les bars regorgeaient de monde. Il y avait tant de choses à voir et à acheter, à commencer par ce programme si précieux qui deviendrait vite collector.

La deuxième partie commençait avec l’arrivée de Sheila dans son vaisseau spatial sur "Spacer". Les tableaux se déroulaient avec élégance. Un de mes préférés fût celui de "Singin’ in the rain". La mise en scène avait recréé le décor du film de Gene Kelly. Tout y était. La rue, le trottoir, les commerces. Des trombes d’eau tombaient sur la scène et Sheila chantait et dansait dans ce décor plus vrai que nature se heurtant au policier à la fin de la chanson. Très beau tableau de cirque avec "L’Ecuyère".

Puis elle arriva dans sa robe longue blanche et sa guitare basse pour un petit solo. Le final approchait. Encore 4 chansons et un public en délire qui se met à scander "elle a gagné, elle a gagné…" Comme à la fin d’un match de foot.

Deux petits détails amusants si ma mémoire ne me fait pas défaut. Soit c’était une écuyère toute de rose vêtue qui descendait des cintres sur un trapèze, soit c’était une boule à facette géante pour la chanson "L’écuyère". Cet effet scénique a disparu lors des autres représentations, ainsi que la troupe de danseurs africains pour " Guerrier Massaï" qui n’apparut plus non plus. Les danseurs du spectacle les remplacèrent jusqu’à la dernière représentation.

Dans la voiture sur le chemin du retour , j’étais complètement aphone, ne retrouvant ma voix que deux jours plus tard, ce fameux lundi 25 février, voix que je perdis de nouveau quand je retournais au Zénith pour la générale avec la presse et les invités du Showbiz. (Jean-Jacques Franceschi)




Programme

 

1ère partie 

• Vivre mieux
• Vis vas
• La tendresse d’un homme
• La vérité qu’on nous ment
• Guerrier Massaï
• La chanteuse
• Tangue au
• Films à l’envers
• Medley : Ecoute ce disque - L’heure de la sortie - Vous les copains - Première surprise partie - Pendant les vacances - C’est toi que j’aime - Le cinéma - Ne fait pas tanguer le bateau - Reviens je t’aime - Adios amor - Les gondoles à venise - Le folklore américain - Petite fille de français moyen - La famille - Les rois mages


2ème partie 

• Spacer
• Mon p’tit loup
• Bang bang
• L’écuyère
• Emmenez moi
• Singin' in the rain
• Présentation des musiciens
• Jumbo loo
• América
• Love me baby

Une mention sur le programme indique ceci : "Ce soir Sheila choisira parmi ces titres" parmi une sélection de 36 chansons, celles indiquées ci-dessus sont celles de l'enregistrement audio.


Les dates de la tournée


Tournée :

• Patinoire de Bordeaux - Le 11 avril 1985
• Palais des Sports de Toulouse - Le 12 avril
• Chapiteau de Fleurance - Le 13 avril
• Palais des Sports de St Etienne - Le 19 avril 1985
• La Halle Tony Garnier à Lyon - Le 20 avril 1985
• Théâtre de Beaulieu à Lausanne en Suisse - Le 21 avril 1985
• Forest National de Bruxelles en Belgique - Le 26 avril
• Palais Saint-Sauveur à Lille - Le 27 avril 1985



Autour du Zénith


• Sheila des Bahamas au Zénith - Jours de France n° 1553 du 6 octobre 1984
• La nouvelle Sheila est arrivée - France Soir du 29 janvier 1985
• Sheila la courageuse - France Soir du 21 février 1985
• Sheila écoute un peu mon language - Numéro 1 Magazine n° 23 - Février 85
• Sheila à confesse - Le matin - Jeudi 21 février 85
• Sheila nous révèle, tout, tout, tout - L'événement du Jeudi
• Sheila triomphe au Zénith - Jours de France

• L’histoire du Zénith, c’est avant tout l’histoire de la réussite personnelle d’une femme qui chante désormais qu’elle ne sera jamais de celles qui renoncent. (Citation de Didier Varrod)

• Merchandising : Le programme, photos grand format cartonnées issues du programme, un jogging gris avec la mention "Sheila au Zénith", Sweet noir "Sheila au Zénith", pin's Jumbo loo, pin's image de Sheila, briquet...

• ''Je suis dure avec moi même. Je ne me fais pas de cadeau! J'adore la compétition. Si on me cherche, on me trouve. Et plus, ça parait invraisemblable, plus ça m'excite''. (Extrait LE PARISIEN)

• ''Pendant vingt ans, il y a eu la course aux tubes. Avec soixante deux millions de disques vendus. Bravo, chapeau. Mais arrive un moment ou plus rien ne va. Je ne savais plus ou j'en étais, ni ce que je voulais. J'étais paumée. J'avais surtout l'impression de ne plus avancer"... (Extrait LE PARISIEN)

• Le spectacle a été enregistré en audio qui existe en double vinyle et réédité en simple CD, mais pas filmé. Seul existe une trace filmée par un amateur qui a été diffusé sur une cassette VHS. Il reste des documents d'époque en télé dont une prestation entière de "Je suis comme toi" et un long extrait de "Guerrier Massaï" et quelques extraits divers...



• Il existe une cassette de deux heures environ, filmée par Bernard Dufourq de l’Agence Sygma. Comme le spectacle n'avait pas été filmé, Sheila lui a demandé de faire un reportage pour Canal plus et de filmer entièrement le spectacle avec les moyens du bord, c'est-à-dire une seule caméra. D'où a été tiré le reportage de 5’57’’ sur la dernière pour Canal+.

C'est Sheila, d'après mes infos qui a demandée à ce caméraman. Une seule cassette vidéo existe et c'est Sheila qui la détient. Cette vidéo est un document amateur ! Parfois on  voit juste les pieds de la chanteuse pendant 5 minutes. Parfois la caméra fixe le plafond et ne bouge plus, alors que le spectacle continue de se dérouler.

Il n’y a bien sûr aucun éclairage spécifique utilisé les jours de tournages de spectacles Live. Le résultat est pauvre, mais il y a cette unique trace. Le tout pourrait être complété et c’est possible avec un "ingénieur talentueux" par des émissions de télé tournées à cette époque comme :


Emissions de télévision - Promotion du spectacle


19 janvier 85 - Antenne 2 - Champs Elysées : Love me baby, L'écuyère, Vivre mieux, Je suis comme toi
Du 22 au 25 janvier 85 - Antenne 2 - L'académie des 9 : Film à l'envers, Je suis comme toi, Vis va


Sur la scène du Zénith - Documents filmés et diffusés en télévision

04 février 1985 - Canal+ - Tous en scène - La dernière de Johnny : Mon petit loup
13 février 1985 - Antenne 2 - Platine 45 : Je suis comme toi
18 février 1985 - Antenne 2 - Journal télévisé : Reportage
20 février 1985 - TF1 - Journal de 20 h : Reportage
20 février 1985 - Antenne 2 - Journal de 20 h : Reportage
20 février 1985 - FR3 - Cadence 3 : Je suis comme toi
22 février 1985 - Tous en scène : Reportage de 8'43"
22 février 1985 - FR3 - Actualités Ile de France : Reportage spécial
22 février 1985 - TF1 - Journal télé de nuit
23 février 1985 - TF1 - Journal de 13 h : Reportage
23 février 1985 - Antenne 2 - Champs Elysées
24 février 1985 - Antenne 2 - Entrez les Artistes
26 février 1985 - Antenne 2 - Télématin
26 février 1985 - Antenne 2 - Journal de 13h : Reportage

26 février 1985
- Antenne 2 - Midi 2 - Reportage de France Roche "Sheila au Zénith" : Reportage sur la première du spectacle de SHEILA au zénith : plan de foule avant le spectacle, dont des célébrités, Phillipe Noiret, Nathalie Baye, Jean-Claude Brialy, Gérard Lenormand... Gros plan : Phillipe Châtel, Line Renaud, Ludovic (fils de Sheila). France Roche en situation, couverte par les cris des fans réclamant leur idole. Sheila sur scène interprète "Je suis comme toi". Interviews de Jean-Claude Brialy, Nathalie Baye, Line Renaud. Sheila chante "Singin'in the rain". Interview Sheila après le spectacle. Gros plan : Ludovic et suite de l'interview SHEILA sur scène "Spacer".

26 février 1985
- Canal+ - Tous en scène : Belle vue sur l'ambiance avec le parterre de personnalités de la première du 25 février, les coulisses et extraits de chansons : "Je suis comme toi, Spacer, Mon p'tit loup, Singin' in the rain, Love me baby - Belle vue sur le final avec sa robe blanche et interview de Jean-Claude Brialy, Nathalie Baye, Michou - Réactions de Sheila.

03 mars 1985
- TF1 - 7/7 : Reportage
08 mars 1985 - TF1 - Le jeu de la vérité de Bernard Tapie : "Je suis comme toi" en entier

18 mars 1985
- Canal+ - Zénith : Canal+ avec l'agence Sygma ont tourné un reportage sur la dernière de Sheila au Zénith le 17 mars 85 d'une durée de 5'57''. Ce reportage a été diffusé sur Canal+ dans l'émission rebaptisée pour la circonstance "Zénith". Sur le plateau de Michel Denisot : Gérard Depardieu - Interview de Sheila avec des images du spectacle et extraits des chansons : "La vérité qu'on nous ment, Guerrier Massaï, Le film à l'envers avec la fameuse disparition, Les rois mages, Spacer, Jumbo Loo, Mon p'tit loup reprise en final avec l'ambiance rock" - Ambiance dans les coulisses du Zénith avec les invités


Reportages sur la tournée


10 avril 1985 - La vie à pleines dents : Diffusion du clip "Je suis comme toi"
11 avril 1985 - FR3 - Journal régional Aquitaine


Vidéos personnelles


- D'Alexandre Marcellin, alias Groucho Business, ex-animateur de la radio FM "95,2", qui a beaucoup filmé Sheila au Zénith
- De Sheila lors de la tournée qui suivie, du 11 avril 85 au 27 avril 85

En aucun cas, on aura le Zénith filmé en entier comme ses spectacles de l'Olympia. Mais cela pourrait très bien faire un vrai grand reportage qui pourrait alors s'appeler : Autour du Zénith

Ces informations ont été communiquées d'après les archives personnelles de Jean-Jacques Franceschi que nous remercions.


Réalisation


Les Spectacles Camus-Coullier, présentent : Sheila au Zénith "Enfin ! sur scène"

Yves Martin, mise en scène, arrangements, réalisation et production disque pour Stairway/New Era

Il était une fois, le 15 février 56 à Paris, un petit garçon qui venait de naître. Il grandit comme tout le monde, et en 1982, après quelques déboires avec un grand "Chagrin d’amour", et même si, il avait fait c’qui lui plaisait, il partit à L.A. pour rencontrer le "Détective" de Presgurvic. Mais sur cette côte ouest, il fit d’autres rencontres et me fit ainsi chanter en 83, quelques "On dit"… En 83 encore, "On avance" avec Souchon. Il compose, il arrange, il produit, il écrit même de temps en temps les paroles. Enfin en 84, il fait son "Alboum" à lui, et depuis, je sais, j’ai beaucoup de chance, c’est de moi qu’il s’occupe… Sheila

Mise en scène : Pierre Fuger et Yves Martin - Chorégraphie : Pierre Fuger - Lumières : Jacques Rouveyrollis - Son : Andy Lyden - Costumes Sheila : Jean-Paul Gaultier - Batterie : Christophe Deschamps - Claviers, synthétiseurs : André Manoukian - Chef d'Orchestre, claviers, synthétiseurs : Olivier Masselot - Guitares : Thomas Murray - Guitare basse : Jean Soullier - Batterie, percussions : Bernard Wantier

Musique arrangée pour la scène par Yves Martin et Olivier Masselot

Cuivres : Caco Bessot, Patrick Bourgoin, Tony Brenes, Alex Perdignon - Choeurs : Diane Dupuis, Guida de Palma, Alice Terrel - Assistante chorégraphie : Jamie Costa - Ballet : Ania Barre, Grégory Brock, Véronica Newth, Kalle Silva, Catherine Steiner, Pascal Vedrine - Conseillers artistiques : Robin et Comtet - Effets spéciaux : Maison Beaupascher - Costumes : Adrienne Dubessay et Catherine Jahan - Directeur de la production : Daniel Larue - Sonorisation salle : Andy Lyden - Assistant sonorisation salle : Gérard Trévignon - Sonorisation plateau : Etienne Fisher - Assistant sonorisation plateau : Patrick Desjardin - Technique scène : Daniel Pajon, Jacques Vise - Machinistes : Lurent Dalagi, Patrick Dignocourt, Isabelle Germond, Jean-Pierre Malichaud, Gérard Montier, Nasser Oulboudzid - Effets spéciaux : Pierre Lespagnol - Création éclairage : Rock Ségovia - Poursuite : Didier Vitcoq - Administration : Charles Thouzet - Coiffure : David (pour Jacques Dessange) - Maquillage : Cochise Ochoa

Chaussures : Stéphane Kellian pour J. P. Gaultier - Bijoux : Yves Gensollen pour J. P. Gaultier - Chaussures : Creeks - Chaussures : Complexe européen de la chaussure - Pantalon : CIP Pierre Klimo ETS Michel Colin

Publicité et relation presse, représentant exclusif pour la scène : Gill Paquet (Assisté de Catherine Battner) - Promotion : Annie Markhan - Disque New ERA / Distribution Carrère - Edition New Chance / Salvet - Contact : Jean-Pierre Martin et Marie Thomassin

Photos du programme : Bettina Rheims (couverture), James Andanson (Sygma), APIS Paris, J. Altlan (Sygma), Bohn-Marchand, M. Childers (Sygma), Fabian (Sygma), J. Poensin-Burat (France-soir), B. Rheims, G. Schacmes (Sygma) - Conception du programme : Georges Auger



"Je suis artiste. Je veux être jugée pour ce que je suis, pas pour ce que j'ai été".
(A Anne-Marie Paquotte & Philippe Barbot - TELERAMA)


Sheila, le fil de notre histoire - Le site non officiel
Accueil - Biographie - Discographie - Télégraphie - Sheila de A à Z - Bibliothèque - Presse - Scène - Culture S
Les interviews - Mémento - América - Les vidéos - Sheila's house mix - Crédits et contact - Plan du site